Le CCIF, fleuron de la nouvelle extrême droite française, par Naëm Bestandji

Ses écrits concentrent également toute la rhétorique de l’antisémitisme musulman. Un mélange à la fois d’antisémitisme européen et d’interprétations coraniques. Qutb n’est pas toujours d’accord avec Hitler. Non pas sur l’extermination des Juifs. Non, là il estime plutôt qu’il n’a pas terminé le boulot. Son désaccord porte sur les moyens perfides des Juifs pour dominer le monde. Pour les nazis, ils luttaient en secret pour la fin des Aryens. Pour les islamistes, ils le faisaient pour la fin des musulmans : Depuis les premiers jours de l’islam, le monde musulman a toujours dû affronter des problèmes issus de complots juifs. (…) Leurs intrigues ont continué jusqu’à aujourd’hui, et ils continuent à en ourdir de nouvelles, cultivant leur rancœur, n’hésitant jamais à user de traîtrise pour saper l’autorité de l’islam. (…) Les Juifs ont toujours été les premiers à tirer, dans la guerre qui fait rage de toutes parts contre les défenseurs de la renaissance musulmane dans le monde. (13)

C’est pour cela que, à ses yeux, les Juifs sont responsables de tout ce qui leur est personnellement arrivé à travers l’Histoire, des pogroms à la Shoah. C’est cohérent : les Juifs étant responsables de tous les maux de la terre, la Shoah ne peut donc être considérée comme un crime mais au contraire comme une punition. Si on a voulu les exterminer, c’est de leur faute. Dans le monde merveilleux de Qutb, “non seulement tout ce qui est juif est mal, mais tout ce qui est mal est juif.” Cette pensée glaçante rejoint l’autre obsession de Qutb, le sexe. Comme tous les islamistes, quelle que soit l’époque, il est obsédé par les Juifs et les femmes. Alors quand on peut rassembler les deux, c’est l’orgasme : La doctrine permissive que l’on appelle quelquefois “révolution sexuelle” a été pensée par un Juif (Freud). En vérité, ce sont des Juifs qui soutiennent la plupart des théories maléfiques visant à détruire toutes les valeurs et tout ce qui est sacré pour l’humanité. (14).

A partir de là, toute personne, toute politique économique ou diplomatique, toute forme culturelle ne correspondant pas à ce qu’il souhaite sera accusée d’être un agent sioniste. Dans le discours antisémite, le glissement sémantique de “juif” à “sioniste” a été lancé par les islamistes.

Nous pourrions espérer que ces “opinions” soient seulement connues de ses fans de l’époque. Cela aurait pu être le cas. Mais son livre “Notre combat contre les Juifs”, écrit en 1950, fut largement distribué par l’Arabie Saoudite dans le monde musulman à partir de 1970. Aujourd’hui, l’accusation de “sionisme”, une insulte dans la bouche de ces musulmans, est largement répandue.