Naëm Bestandji : « En luttant contre l’islamisme, on lutte aussi contre l’extrême droite »

Des gens comme moi, des Français d’origine maghrébine, de culture musulmane, qui dénoncent ces choses-là, ne sont pas aidés. Puisque des personnalités comme Edwy Plenel ou d’autres vont nous enfoncer. Les islamistes nous traitent de traîtres, Marwan Muhammad nous traite de néo-harkis, c’est très fort, quand on sait qui sont les harkis, quand on connaît leur histoire. Sur internet, on a droit à « collabeur », à « khobziste ». Khobz en arabe veut dire pain. Un khobziste est un arabe qui a accepté de trahir sa communauté pour une miche de pain, de l’argent ou un poste, etc. On nous traite aussi « d’arabe de service » et même de « bougnoule ». Il y a des propos profondément racistes, véhiculés par une partie des musulmans envers d’autres musulmans. Et on a des Mediapart, des UNEF, qui nous enfoncent puisqu’on serait assimilé à l’extrême droite et aux « Blancs », on trahirait notre communauté supposée pour nous « allier aux Blancs ».

« Depuis plusieurs années, on a l’extrême gauche – enfin une partie de l’extrême gauche car Lutte ouvrière ne défend pas les islamistes – qui nous assomme aussi. On est en train d’étouffer »

On se retrouve donc en plein milieu. Dans une lettre ouverte à Edwy Plenel, j’avais écrit que, pendant longtemps, on avait été pris en étau entre les islamistes et l’extrême droite traditionnelle : « Sale arabe, retourne dans ton pays », « Tu es un traître » etc. Depuis plusieurs années, on a l’extrême gauche –  enfin une partie de l’extrême gauche car Lutte ouvrière ne défend pas les islamistes – qui nous assomme aussi. On est en train d’étouffer. Quand on présente des musulmans progressistes, on veut les disqualifier, même des gens de gauche de bonne foi veulent les disqualifier en disant : « Ils n’ont rien compris à l’islam, tu prends le texte et tu l’appliques. » Ça devient très compliqué. Encore une fois, c’est pour ça que je milite, contre l’islamisme et le voile. Je m’attache beaucoup à dénoncer le voile et son idéologie rétrograde car il est au cœur de tout ça, il est la stratégie centrale islamiste, malgré la bonne foi de certaines musulmanes, ce n’est pas la question. Pour moi, en luttant contre ça, c’est une façon de lutter contre l’islamisme et l’extrême droite traditionnelle.

VdH : Le jeu du président de la République avec le religieux est ambigu. Récemment, les associations religieuses ont été exclues de la liste des lobbies. Or, cette liste révélait publiquement l’identité, les actions et le montant des actions menées par les groupes cultuels vis-à-vis des politiques. N’est-ce pas là la porte ouverte à l’entrisme islamiste souterrain ?