Naëm Bestandji : « En luttant contre l’islamisme, on lutte aussi contre l’extrême droite »

Un exemple incroyable : vous prenez Mediapart. Edwy Plenel soutient énormément le CCIF. Pour argumenter son soutien, il se contente des tweets de Marwan Muhammad, et ce qu’il peut dire à certaines conférences publiques. Marwan Muhammad dit ceci, dit cela, donc il est un musulman modéré. C’est Mediapart qui a levé l’affaire Jérôme Cahuzac. Or, Jérôme Cahuzac a bien dit à l’Assemblée nationale : « Je n’ai pas de compte à l’étranger. » Si Edwy Plenel avait eu la même attitude, il n’aurait pas creusé puisque Jérôme Cahuzac avait démenti. S’il avait agi avec le CCIF comme avec Cahuzac, il aurait creusé, comme je l’ai fait.

« Les musulmans modérés, progressistes, sont peu entendus. J’ai fait la promotion d’une intellectuelle tunisienne progressiste et musulmane. Il y a eu des commentaires sur Facebook qui disent encore : Les progressistes, ils veulent déformer le Coran »

J’ai publié un article en cinq parties, très long, où j’ai démonté toute la rhétorique du CCIF, j’ai cherché les sources et fait le travail que Mediapart aurait dû faire. Il y a un aveuglement qui est volontaire, qui est fait pour lutter contre les clichés envers les musulmans mais qui ne fait que les entretenir mais aussi les développer. Edwy Plenel est du pain béni pour l’extrême droite, pour des gens comme FdeSouche qui disent : « Ils sont complaisants avec les intégristes musulmans et ainsi avec les musulmans. Edwy Plenel a raison, les Frères Musulmans ne sont pas des islamistes, ce sont des musulmans lambda. Donc tous les musulmans sont comme ça. »

VdH : Aujourd’hui, toute critique de l’islam est automatiquement assimilée à de l’islamophobie. Un spectacle tiré d’un texte de Charb a même été interdit à Lille et dans des théâtres à Avignon. Quelle conclusion en tirer ?

N.B. : Il y a quelques mois, j’avais écrit une lettre ouverte à Claude Askolovitch, à la suite de la pièce de Charb qui devait être jouée et pour parler aussi d’islamophobie. Je suis un grand pourfendeur du terme d’islamophobie. Ce que j’explique souvent, c’est que c’est un mot piège qui tend à rétablir le délit de blasphème sans le dire, qui tend à mélanger les critiques qu’on peut faire envers une religion en y incluant des actes et propos anti-musulmans qui eux sont effectivement condamnables par la loi. On se sert des actes et propos anti-musulmans.

lettre ouvPour le CCIF comme pour d’autres, il n’y a pas de problème à critiquer l’islam mais dès que quelqu’un le fait, on le taxe d’islamophobie. Quelqu’un peut critiquer l’islam car il n’aime pas l’islam, car il a la phobie de cette religion comme on peut avoir la phobie du capitalisme, tout ce que vous voulez. Mais, dans leur bouche, être coupable d’islamophobie, c’est quelque chose qui doit être condamnable moralement et légalement. Ils ont un rejet de la liberté d’expression tout en s’en prétendant les défenseurs. Le désir de museler toute critique qui peut être faite non seulement envers l’islam – car finalement peu de gens connaissent cette religion – toute critique envers les islamistes, est apparenté à de l’islamophobie. Ça entretient la frustration et la colère qui monte auprès de certains Français qui vont se diriger vers le Front national. Le FN, dans l’esprit de beaucoup de gens, n’a pas de complexes à critiquer les intégristes musulmans. Effectivement, il critique l’intégrisme musulman mais pour de mauvaises raisons, pour s’en prendre de façon plus générale aux musulmans. Ces personnes qui prétendent défendre les musulmans en défendant les islamistes, pour justement lutter contre le FN, font exactement l’inverse. Les intégristes musulmans sont l’autre face de la pièce de l’extrême droite. L’un entretient l’autre. Le FN a besoin du CCIF, le CCIF a besoin du FN. Et il y a les idiots utiles qui soutiennent les islamistes et qui font monter le FN. Il n’a jamais été aussi haut (pour différentes raisons évidemment) et a bonne presse auprès de beaucoup de gens.

« L’islamophobie est un mot piège qui tend à rétablir le délit de blasphème sans le dire, qui tend à mélanger les critiques qu’on peut faire envers une religion en y incluant des actes et propos anti-musulmans qui eux sont effectivement condamnables par la loi »

La droite républicaine et surtout la gauche ont du mal à mettre de bons mots, à critiquer ce qu’est l’intégrisme musulman et le port du voile. Et plus on va à l’extrême gauche, plus il devient compliqué pour eux de critiquer l’intégrisme religieux, musulman en tout cas. Les Français qui voient ça de l’extérieur prennent peur ; ils se disent qu’une partie des politiques soutiennent les intégristes musulmans puis, finalement qu’ils soutiennent les musulmans car désormais, dans leur esprit, les intégristes musulmans sont juste des musulmans. Alors ils pensent que c’est Marine Le Pen qui les protégera de cela. C’est pour ça que ce terme d’islamophobie est dangereux, que l’attitude de complaisance et d’aveuglement par méconnaissance est dangereux. C’est pour ça que je m’investis autant. Parce que j’estime qu’en luttant contre l’extrême droite islamiste, on lutte aussi contre le FN.