Naëm Bestandji : « En luttant contre l’islamisme, on lutte aussi contre l’extrême droite »

VdH : Quels moyens possède-t-on pour lutter contre cette tendance ?

N.B. : Déjà en écoutant un peu mieux les musulmans, qu’ils soient croyants ou non, car être musulman ce n’est pas seulement être croyant ou dans la pratique religieuse ; l’islam est aussi une culture, il y a des gens qui sont musulmans de culture mais qui sont athées. C’est aussi ça la complexité du sujet.

« Il faut écouter un peu mieux les musulmans, qu’ils soient croyants ou non, car être musulman ce n’est pas seulement être croyant ou dans la pratique religieuse ; l’islam est aussi une culture, il y a des gens qui sont musulmans de culture mais qui sont athées »

Pour mieux lutter contre ces phénomènes, il faut savoir de quoi on parle, il faut pouvoir mettre des mots justes. Ce n’est pas le cas actuellement. Les islamistes présentent le voile comme un foulard. Mais ce n’est pas un foulard. Le foulard de Grace Kelly dans ses films n’est pas le voile de Maryam Pougetoux. Les islamistes emploient un vocabulaire qui est accepté, pour créer la confusion. Il n’y a pas de « foulard islamique ». Il faut aussi mieux écouter les musulmans progressistes et surtout appeler un chat un chat, ne plus laisser ce terrain au FN. Pendant longtemps, on a laissé le drapeau national au Front national, et maintenant, quand on sort un drapeau, on est taxé de « facho ». Je suis d’origine tunisienne, quand je vais en Tunisie, les Tunisiens sont fiers d’afficher leur drapeau partout. On ne les traite pas de facho.

nb3.jpg

Quand des gens de gauche se dressent frontalement contre les intégristes musulmans, on va les accuser de parler comme le FN. C’est horrible. Je pense à des mouvements comme le Printemps républicain, qui ont leurs qualités et leurs défauts ; je ne les connais pas personnellement mais ils ont en théorie une volonté de défendre fermement la laïcité. Quand il y a eu l’affaire de Médine au Bataclan, si, effectivement, ce sont d’abord des identitaires d’extrême droite qui ont levé le sujet, les médias ont ensuite menti en disant « l’extrême droite ne veut pas de Médine au Bataclan ». Ainsi, lorsque des gens de gauche et droite républicaine s’opposent à ça, on va les assimiler à l’extrême droite. Quand je m’exprime, je suis soit taxé de « traître à la patrie » par l’extrême droite, soit « d’islamophobe » et de « traître à la communauté » par les islamistes et ceux qui les soutiennent. Le fait de critiquer l’idéologie du voile est considérée par certains comme une attaque contre les femmes voilées, comme si on s’attaquait aux gens qui prônent le capitalisme quand on critique le capitalisme.