Zouaves Paris: la résurgence de l’extrême droite radicale violente

Jeunes, violents et très politisés: ce sont les Zouaves Paris, nouveau groupuscule d’extrême droite radicale violent héritier du GUD et très actif ces derniers mois dans la capitale. Dernière action en date, l’attaque du cortège du NPA qui défilait pour l’acte 11 des Gilets jaunes samedi 26. Bilan: une dizaine de blessés côté anticapitalistes, pour certains frappés au sol.

enquête très complète publiée par le site francesoir.fr, le 29 02  

“Acte” après “acte” des Gilets jaunes, ils font parler d’eux. Dans la rue, ils se mobilisent en “équipes” de 15 à 30 membres et s’allient avec d’autres militants radicaux pour faire la chasse aux antifas et “rouges” dans les cortèges parisiens. Sur Internet circulent des photos de leurs tags racistes et des vidéos de leurs actions violentes. Dernière en date, pas plus tard que ce samedi 26: l’attaque du cortège du NPA à coups de poings, de pavés et de matériel de chantier (voir vidéo ci-dessous). Des victimes ont été rouées de coup au sol et on dénombre une dizaine de blessés, confirme le NPA contacté par France-Soir.

Ils“? Ce sont les “Zouaves Paris” ou “ZVP”. Mais d’où viennent ces militants radicaux aussi jeunes que violents? Quels sont leurs capacités de nuisance, leurs racines idéologiques, leurs liens avec le reste de la “fachosphère” de la rue, ces autres groupuscules d’inspiration fasciste adeptes du coup de poing? Bref, qui sont-ils?

Selon nos informations, les Zouaves Paris, groupe informel constitué depuis au moins l’hiver 2017, comptent une trentaine de membres plus ou moins actifs. A leur tête, les -très- jeunes Marc de Cacqueray-Valmenier, 20 ans, et Charles Ferrand, 23 ans. Le premier, Marc, est issu d’une vieille famille de la noblesse française où l’on retrouve par exemple un haut dignitaire des catholiques traditionnalistes lefebvristes ou un élu RN (ex-FN) de la Sarthe. Marc et son comparse sont passés par le Groupe union défense (GUD), groupuscule violent et néo-fasciste. Un classique dans la bande des Zouaves Paris, où tous ont fait leurs armes au sein de ce groupe ou de son héritier en province, le Bastion social.

Cet autre groupuscule est plus connu: plusieurs de ses membres ont été condamnés ces dernières années pour des agressions racistes, parfois très violentes. Les ITT reconnues aux victimes se comptent en dizaines de jours et certains de ses membres seraient fichés S. Les Zouaves Paris sont considérés comme la version parisienne de ces Gudards relookés et, selon nos informations, les membres du groupe sont déjà bien connus des services de police et de renseignement.