Trois façons de favoriser la diversité… pour doper l’innovation

L’innovation est un prérequis à la croissance. Et les équipes diversifiées sont mieux à même de trouver des solutions ingénieuses que les groupes de personnes – même brillantes – qui pensent de la même manière. Mais les objectifs de diversité ne sont pas atteints, notamment en France qui a un défi spécifique à relever. Or, un environnement de travail propice peut promouvoir une culture inclusive.

Par le passé, lorsque les entreprises rencontraient un problème sur leur marché, celui-ci était en général relativement simple à résoudre : souvent, la solution consistait à fabriquer de meilleurs produits ou d’autres produits, de manière plus efficace. Ce n’est plus aussi simple aujourd’hui : les problèmes sont désormais bien plus complexes et, dans certaines situations, ils restent même à définir.

Quelle nouvelle direction l’entreprise doit-elle prendre ? Comment doit-elle servir ses clients à l’avenir ? Comment peut-elle suivre le rythme du changement permanent et, malgré tout, garder une longueur d’avance face aux disruptions de plus en plus fréquentes ? Pour stimuler l’innovation qui nourrira la croissance, les entreprises ont plus que jamais besoin à la fois de personnes créatives et de collaborateurs capables de résoudre les problèmes : des « creative thinkers » et des « problems solvers ».

Une source de richesse, au sens propre

Pour innover et se développer, les entreprises doivent favoriser à tout prix la diversité – de pensée, d’expérience et d’éducation. « Le progrès et l’innovation pourraient moins dépendre de personnes brillantes au QI élevé et travaillant isolément que d’équipes diversifiées œuvrant de concert et capitalisant sur leurs individualités », affirme en effet Scott Page dans son livre « The Difference : How the Power of Diversity Creates Better Groups, Firms, Schools, and Societies ».

Scott Page, professeur à l’université du Michigan, où il dirige aussi le Centre pour l’étude des systèmes complexes, défend la thèse selon laquelle la diversité compte plus que le talent. Les groupes diversifiés peuvent surmonter un manque d’expérience et même surpasser des équipes ayant un mode de pensée unique et possédant davantage de compétences. Pourquoi ? Parce que les équipes homogènes sont plus susceptibles de produire des idées similaires nées de points de vue et d’interprétations identiques. Elles abordent un problème à partir d’un seul angle. Les équipes diversifiées, elles, s’attaquent aux problèmes dans des directions variées et ont plus de chances d’aboutir à une découverte originale ou inattendue.

Dans un rapport de 2015 intitulé « Diversity Matters », McKinsey & Company a étudié 366 entreprises cotées de différents secteurs d’activité aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et en Amérique Latine. « Nous savions intuitivement que la diversité était importante dans les entreprises. Il est désormais de plus en plus clair que cela fait également sens en termes de business », écrivent ses auteurs, Vivian Hunt, Dennis Layton et Sara Prince. Bref, la diversité est source de richesse. Leurs principales conclusions sont les suivantes :