Corse : une enquête sur la diversité destinée à des enfants fait polémique

Des élus, des syndicats d’enseignants et des professionnels de l’éducation réclament le retrait d’un questionnaire destiné aux élèves du primaire et secondaire de l’île. Le document comporte des questions «sensibles» et «tendancieuses» portant sur la religion et sa pratique.

«Est-ce que tu portes une croix, une kippa, un voile?», «Pendant le Ramadan, manges-tu dans la journée?», «Est-ce que tu crois en: Allah, Dieu, Yahvé?» Un questionnaire, élaboré dans le cadre d’une étude sur la diversité commandée par l’Assemblée de Corse dirigée par les nationalistes et destiné aux élèves du primaire et secondaire en Corse, fait polémique sur l’île.

L’étude a été «élaborée officiellement par les enseignants-chercheurs» de l’Université de Corse. Elle «fait suite à la demande émanant du président de l’Assemblée de Corse (Jean-Guy Talamoni)».

Outre les questions d’ordre religieux, le document destiné aux élèves de 8 ans et plus des classes primaires et secondaires, questionne sur les pratiques alimentaires et culturelles lors du vendredi Saint, du Ramadan ou du Shabbat, sur la consommation de viande, sur les voyages à l’étranger, sur le sentiment d’appartenance à la Corse, à la France ou le sentiment de sécurité et l’intégration. Une autre partie du questionnaire concerne les pratiques linguistiques des élèves mais aussi de leurs familles.

Questionnaire diversité en Corse

Plusieurs élus mais aussi des syndicats d’enseignants et des professionnels de l’éducation ont jugé le questionnaire «intrusif» et «tendancieux». «Des questions sur l’orientation de la religion ou la vie privée des élèves n’ont rien à faire dans un système éducatif laïc et républicain, s’insurge Fabien Mineo, secrétaire du SNUIPP dans les colonnes de Corse Matin. Nous sommes clairement en dehors des clous. En tant que fonctionnaires, il nous est absolument impossible de proposer à des enfants de répondre à ce type d’enquête».

De son côté, François Tatti, le président (DVG) de l’agglomération de Bastia et conseiller territorial a déclaré: «Je vais demander solennellement à la ministre de l’Éducation Nationale d’interdire la diffusion de ce questionnaire dans les écoles de la République». L’élu se dit «profondément heurté par la démarche et par le contenu» du questionnaire et se dit prêt à saisir le tribunal administratif si nécessaire pour obtenir son interdiction.

Dans une lettre au président de l’université dont l’AFP a obtenu une copie, le président indépendantiste de l’Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni justifie cette démarche par la volonté de faire «un état des lieux (…) rendu indispensable pour évaluer l’importance de chacun des groupes culturels au sein de la population», précise-t-il.

«Des thématiques extrêmement sensibles»

«Cet exercice n’est pas aisé et se heurte à des obstacles d’ordre juridique. La loi proscrit toute étude statistique à caractère ethnique», constate le nationaliste. «En s’appuyant sur les données démographiques et en sollicitant la contribution d’enseignants-chercheurs qui ont travaillé sur ces questions sensibles, une approche, quoiqu’empirique, est parfaitement envisageable», estime le président de l’Assemblée de Corse.