Le réseau AKB soutient les créatrices d’entreprise issues de la diversité

A l’origine destiné à soutenir les femmes musulmanes, AKB se veut aujourd’hui un réseau dédié aux femmes issues de la diversité. Son but ? Leur apporter confiance et ambition en soutenant leur démarche entrepreneuriale.

Si les inégalités hommes/femmes dans le monde professionnel perdurent, une autre inégalité vient encore compliquer les choses : celle liée au voile. Nombre de femmes musulmanes se trouvent éloignées du marché de l’emploi parce qu’elles sont voilées. Pour subvenir à leurs besoins, pour s’émanciper, bon nombre d’entre elles songent à créer leur entreprise. C’est sur ce terrain qu’intervient une association encore méconnue, AKB. Derrière ces trois lettres se cache Akhawate Business (littéralement « affaires de sœurs »), un réseau professionnel créé en 2011 qui aide les femmes, musulmanes ou issues des quartiers, à créer et développer leur entreprise.

A son origine orientée vers les femmes musulmanes, l’association s’adresse désormais à toutes les femmes en difficulté professionnelle. L’idée centrale, expliquent les fondatrices d’AKB, Louiza Bougherara et Emmanuelle Rouy, « rendre les femmes plus fortes, plus confiantes, plus ambitieuses à travers l’entrepreneuriat. Notre rêve est que toute femme puisse s’épanouir et s’accomplir sans difficulté lié à son genre, à son appartenance géographique, culturelle ou cultuelle. »

Afin de soutenir les porteuses de projet et à tisser autour d’elles un réseau professionnel, l’association AKB met en œuvre différentes actions. Le pôle création propose un audit et un coaching des porteuses de projet, des ateliers et des formations régulières, un suivi personnalisé. Ceci en parallèle de l’animation réseau avec des rencontres à thème ou des networking bimestriels pour favoriser le réseautage et les opportunités d’affaires.

En parallèle, AKB a monté un club privé réservé aux professionnelles, avec une centaine de membres, qui se veut une plate-forme d’échange, de brainstorming, de discussion, de collaboration. Pour bénéficier de cet accompagnement, une adhésion est demandée, de l’ordre de 8 euros par mois pour les porteuses de projet, et 15 euros pour les chefs d’entreprises. Enfin, l’association mise aussi sur les réseau sociaux pour toucher le plus grand nombre : compte twitter, page facebook comptant plus de 8.700 fans, et blog pour former et informer les entrepreneuses.

Le concours « Entrepreneuses Plurielles »

Depuis 2013, Akhawate Business organise un concours récompensant chaque année des créatrices. Entrepreneuses Plurielles a pour objectif de « montrer les talents féminins pluriels, des exemples de réussite et des modèles qui peuvent inspirer et encourager à entreprendre. » Ce concours s’adresse aux porteuses de projet ou dirigeantes d’entreprise issues des quartiers et/ou issues de la diversité. Trois d’entre elles sont récompensées et accompagnées par AKB.

L’an dernier, Emmanuelle Guilbaudeau, une thérapeute qui a lancé Terra Herba, a remporté le concours. Son entreprise propose de la vente de plantes médicinales, de compléments alimentaires et fruits séchés. En parallèle, elle propose des formations et animations autour de l’herboristerie pratique et théorique ainsi qu’un accompagnement sur-mesure pour retrouver le bien-être grâce aux plantes. A 44 ans, cette Française, musulmane convertie depuis 20 ans, explique qu’un de ses objectifs est d’« améliorer la situation des entrepreneuses en ne travaillant pas “entre nous” mais en s’ouvrant aux autres, et en faisant reconnaître notre valeur et nos compétences. »