Philanthropie : être solidaire en temps de crise : comment donner efficacement ?

Participer à l’effort financier collectif

Une autre façon de s’impliquer : le don financier. L’initiative Tous unis contre le virus lève des fonds pour les soignants, les chercheurs et les plus vulnérables. Des acteurs de crowdfunding ont aussi lancé une plate-forme avec pour mot d’ordre #20h05JeDonne. Il est encore possible de donner en caisse en supermarché, ou en participant à une collecte individuelle. Dans ce dernier cas, quelques précautions s’imposent : l’organisateur et la structure sont-ils dignes de confiance ? Attention également au morcellement des initiatives, qui peut nuire à l’efficacité du mouvement. Pour « apporter sa pierre à l’édifice » tout en personnalisant son don, Anna choisit de donner à une association mise en avant par #20h05JeDonne. Elle participe ainsi en toute simplicité à un mouvement de grande ampleur porté par les acteurs les plus au fait des besoins du terrain.

S’impliquer par un don en nature

Donner des masques artisanaux, mettre son ordinateur à disposition de la rechercheproposer son appartement aux victimes de violence conjugalescuisiner pour les autres : les initiatives sont multiples. Anna a aussi entendu parler de la pénurie dont pourrait être victime le don du sang et prend donc rendez-vous. Une façon de répondre aux besoins indirects de la crise, auxquels beaucoup ne penseront peut-être pas… Il s’agit d’un acte personnel, incarné, à la fois très fort et ponctuel. L’impact est évident.

Mariam : mobiliser son entreprise

Mariam est à la tête d’un supermarché de 50 salariés dans l’Aveyron. Elle s’est organisée pour assurer la sécurité de ses employés et souhaite se mobiliser davantage. Comme elle, d’autres entreprises ont décidé de mettre à profit leur spécialisation : production de matériel médicalmise à disposition de chambres d’hôteldons d’ordinateurs pour les élèves confinés, accès gratuit à des médias. De façon plus atypique, pizzeriaschocolatiers adoucissent le quotidien des soignants.

Contribuer financièrement

Faire un don au nom de son entreprise en cette période de crise lui paraît compliqué. Elle propose plutôt à ses clients de faire l’arrondi en caisse au profit d’une ONG reconnue. Ce choix lui permet d’utiliser la proximité avec ses clients pour contribuer à un projet à grande échelle. Quitte à abonder les dons de ses clients, une méthode qui a fait ses preuves. En levant des fonds, elle se présente comme un acteur engagé – ce qui profitera à son image de marque – et donne à ses clients l’opportunité de contribuer spontanément, sans effort.

Donner des invendus

Une autre manière d’agir : le don d’invendus à l’hôpital local. Il ne comporte pas de risque financier et s’accompagne d’une visibilité médiatique intéressante d’un point de vue commercial.

Dons d’invendus à la Croix-Rouge française, opération Croix-Rouges chez vous avec l’aide d’une supermarché. Philippe Lopez/AFP

Mariam couvre ainsi des besoins immédiats, tout en restant en lien avec son cœur de métier. Néanmoins, elle devra se renseigner sur les besoins réels de l’hôpital. Une option plus sûre consisterait à se mettre en lien avec une banque alimentaire ou autre organisation spécialisée. Ces denrées seront peut-être plus utiles ailleurs ?