Jeunes francophones d’Afrique et d’ailleurs, parlez dans le mégaphone des “Haut-Parleurs”

Leurs coups de cœur, de gueule ou d’info sont relayés sur les réseaux sociaux, où certaines vidéos peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers de vues. « Les réactions locales et les retours des reporters sont impressionnants, explique Hélène Seingier, cheffe de la rédaction installée à Paris. Parce que spontanément, les sujets qu’ils traitent sont d’intérêt général. » Et imposent aussi sur la place publique des sujets peu ou non traités dans la presse locale.

Faire dialoguer les pays et les continents

Les plus aguerris développent, avec l’aide de la rédaction parisienne, des séries et un magazine mensuel de treize minutes diffusé sur TV5 Monde. Ainsi est né Coming out en France et en Afrique, minisérie de six épisodes sur l’homosexualité, coécrite par le jeune Franco-Burundais Trésor Ntore et diffusée sur France TV Slash fin mai.

Lire aussi  « Coming out en France et en Afrique », la minisérie qui veut aider les jeunes gays

Les grands rendez-vous internationaux sont aussi l’occasion de créer du dialogue entre différents pays et continents. Les élections européennes de mai ont donné naissance à la série Et toi, tu veux quelle Europe ?, abordant des thèmes aussi divers que l’environnement, les couples binationaux ou le fait de vivre sur une frontière. En juin, le Sommet des deux rives de la Méditerranée, lui, a donné l’occasion aux Haut-Parleurs de Marseille, Nice, Toulon, Gênes et Athènes de dialoguer avec ceux d’Alger, Casablanca et Tunis sur la révolution en cours en Algérie, les déchets, le street art, le cannabis, Airbnb, le hip-hop, la bétonisation du littoral…

Quant à la Journée internationale de la Francophonie du 20 mars, elle a suscité de savoureux échanges sur la langue française entre la France, le Québec, la Louisiane et l’Afrique francophone. Parmi des formats libres et la série La Puissance des mots, on retient le poignant épisode de Joël Karekezi sur le pardon au Rwanda, vingt-cinq ans après le génocide des Tutsi (le cinéaste est également l’auteur d’un documentaire, Rwanda : portraits du pardonet d’un premier film de fiction, La Miséricorde de la junglerécompensé par l’Etalon d’or au Fespaco 2019 à Ouagadougou), les jurons du Québec qui témoignent des tabous d’une société qui pratique son français, « legs d’une tentative de colonisation ratée », en assiégée au milieu d’une Amérique du Nord majoritairement anglophoneEt encore la proposition poétique de l’Ivoiro-Sénégalais Xuman de rendre compte de la diversité des français parlés sur le continent en créant une « Académie africaine des langues participative ».

Radiographie de la crise malienne

D’autres projets, qu’il s’agisse de formats courts, sériels, magazines ou documentaires, doivent bientôt voir le jour, comme Les Rebelles du micro, qui propose plusieurs portraits de jeunes musiciens sénégalais, quatre reportages sur les richesses inexploitées de la Guinée et enfin une série sur le désarroi des jeunes au Mali.