Rohingyas: bataille de prix Nobel autour du sort des musulmans birmans

Avec l’Express et France 3  

La jeune prix Nobel de la paix Malala Yousafzai a critiqué lundi son homologue Aung San Suu Kyi pour sa gestion du drame de la minorité des musulmans rohingyas en Birmanie, prenant la tête des protestations internationales.

     « Chaque fois que je regarde les informations, j’ai le coeur brisé face aux souffrances des musulmans rohingyas de Birmanie« , écrit la jeune Pakistanaise sur son compte Twitter

« Ces dernières années, je n’ai cessé de condamner le traitement honteux dont ils font l’objet. J’attends toujours de ma collègue prix Nobel Aung San Suu Kyi qu’elle en fasse de même« , dit la jeune femme qui s’apprête à devenir étudiante à Oxford, comme son homologue birmane quelques dizaines d’années plus tôt.

Alors que les rebelles de l’Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA) assurent défendre les droits bafoués des Rohingyas, Aung San Suu Kyi est silencieuse, malgré un bilan d’au moins 400 morts.  Seul son service de presse distille depuis dix jours photos de membres des forces de l’ordre tués à l’arme blanche et commentaires acerbes contre les médias internationaux, accusés de ne pas désigner systématiquement les attaquants rohingyas comme des « terroristes« .

 


Birmanie : le calvaire des Rohingyas

 Crise régionale 

Mais les dirigeants des pays musulmans de la région -au premier rang desquels l’Indonésie- sont inquiets de la colère croissante de leur population.

L’Iran, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif, insiste: « une action internationale est cruciale pour éviter un nettoyage ethnique« .

Au Pakistan, le ministère des Affaires étrangères appelle la Birmanie à enquêter sur les accusations d’atrocités commises contre cette minorité, considérée par l’ONU comme une des plus persécutées au monde.

« Nous sommes très inquiets face au nombre croissant de morts et de musulmans rohingyas forcés à se déplacer« , dit Islamabad, alors que les talibans afghans dénoncent un « génocide« .

« La situation terrible de nos frères et soeurs rohingyas doit être améliorée pour le bien de la Birmanie et de toute la région« , appelle de son côté le Premier ministre de Malaisie Najib Razak.

Avant Malala et les responsables des pays musulmans de la région, plusieurs voix se sont élevées ces dernières semaines pour tenter de faire sortir Aung San Suu Kyi de sa réserve, en vain.

Une commission internationale dirigée par l’ex-secrétaire général de l’ONU Kofi Annan avait appelé le 24 août, veille du début des hostilités, la Birmanie à donner plus de droits à sa minorité rohingya, faute de quoi elle risque de « se radicaliser« .