Les “petits oublis” d’Al Jazeera sur l’esclavage en terre d’islam

En choisissant de ne pas diffuser le premier épisode de cette série documentaire, Al Jazeera a choisi de nier ces faits historiques . Ceci est d’autant plus intrigant qu’Al Jazeera appartient au Qatar, le seul état arabe qui possède un musée de la traite et de l’esclavage, Bayt Ibn Jalmoud, à Doha. C’est un déni récurrent de ne pas admettre le rôle fondamental que les sociétés islamiques ont joué dans cette tragédie humaine. Il est urgent de sortir de ce processus perpétuel, il faut en finir avec la culture du silence. Il faut affronter l’histoire sereinement, elle permet de lutter aussi contre les stéréotypes occidentaux négatifs de l’islam. Elle donne des armes pour combattre le racisme qui affecte les musulmans arabes victimes du racisme en Occident.

 

[1] Le texte suivant est extrait de Black Morocco : A History of Slavery, Race and Islam. Cambridge University Press, 2013. Traduit par Anne-Marie Teeuwissen, Le Maroc noir.

[2] Mohammed Ibn Manzur, Lisan al-`Arab (Le Caire, Dar al-Hadith, 2003), vol. 4, 487 ; Lane, An Arabic-English Lexicon, vol. 4, 1303.

[3] `Abd ar-Rahman Ibn `Abd al-Hakam (d. 871), Futuh Ifriqiya wa ‘l-Andalus (Le Caire, Maktabat ath-Thaqafa ad-Diniyya, 1995), 222.

[4] Ibn `Idhari, Kitab al-Bayan, vol. 2, 23.

[5] Pour plus d’information, voir Raymond Mauny, Tableau géographique de l’Ouest africain au Moyen Age ; d’après les sources écrites, la tradition et l’archéologie (Amsterdam, Swets & Zeitlinger N.V., 1967), 367-380.