#Récupérations De la difficulté d’écrire contre l’islamisme et la fachosphère en même temps

Cette confusion de Riposte Laïque réussit même à me prêter des propos que je n’ai pas écrits dans mon article que le site a pourtant partagé. Car je n’ai jamais parlé de « islamisme radical » puisque c’est un pléonasme que j’ai toujours dénoncé. Je parle d’islam radical ou d’islamisme. La sémantique est importante et l’approximation de Riposte Laïque évidente.

Je n’ai pas non plus « [situé] la radicalisation de l’islam à partir du XXe siècle ». J’ai évoqué « la naissance de l’islamisme CONTEMPORAIN au début du XXe siècle menant vers une “salafisation” progressive de l’islam ». Car l’intégrisme musulman est aussi ancien que l’islam lui-même. Mais mon article n’avait pas pour objet de détailler l’histoire de cet intégrisme de ses débuts à nos jours. Les Frères musulmans et le wahhabisme institutionnel, fruits d’une longue histoire, sont bien nés au début du XXe siècle. Je ne vois donc pas en quoi « il est regrettable » que je situe l’islamisme contemporain ainsi. A moins de me démontrer, par exemple, que la confrérie des Frères musulmans n’est pas née en 1928.

Enfin, pour cette affirmation : « nombre d’historiens seront stupéfaits de lire que les juifs et les arabes se seraient, historiquement, presque toujours bien entendus ». Qui a parlé de « juifs et arabes » ? J’ai parlé des relations entre juifs et musulmans. Une autre nuance encore un peu trop subtile ? De plus, je n’ai jamais écrit non plus que juifs et musulmans se seraient presque toujours bien entendus. Voilà mes propos exacts : « Depuis les origines de l’islam, les relations entre Juifs et musulmans ont parfois été houleuses, souvent fraternelles et fructueuses. Les liens sincères et profonds entre les deux communautés le sont encore bien plus qu’on ne le croit. » Ce qui est vrai, que ce soit sur le plan culturel, intellectuel ou religieux. Ce qui n’enlève rien aux discriminations (parfois violentes) que les juifs ont vécu. C’est pour cela que j’avais ajouté qu’il y avait des « zones d’ombre. Car en terre d’islam, les Juifs n’étaient pas les égaux des musulmans. » Je me suis basé, entre autres, sur le travail d’un historien qui est LA référence dans ce domaine et que j’ai bien mentionné dans mon article : Benjamin Stora. Il a codirigé la rédaction de l’encyclopédie également de référence sur ce sujet et qui m’avait aussi servi de source, parmi d’autres. De nombreux historiens y ont participé, parmi les plus éminents. Je serais donc curieux de connaitre « les historiens qui [seraient] stupéfaits » de lire cela. Mais là aussi je ne voulais pas détailler car mon sujet n’était pas ici. Mon sujet était de démontrer que ces relations entre juifs et musulmans, qui ont été ce qu’elles ont été pendant des siècles, se sont rapidement dégradées tout au long du 20ème siècle sous l’influence de l’islamisme contemporain.