Fatou Diome : « La rengaine sur la colonisation et l’esclavage est devenue un fonds de commerce »