En France, l’éducation aux medias commence à l’école

VAULX-EN-VELIN, France – Un groupe d’adolescents envahi une salle du Collège Henri Barbusse, près de Lyon, en France, dans le cadre d’un cours typiquement consacré à l’apprentissage de l’espagnol. Mais ce mercredi-là, une leçon inhabituelle les attendait. Cinq messages de Twitter ont été ajoutés au tableau. La mission: Décrypter s’ils étaient dignes de confiance ou suspects.
article signé   Adam Satariano et Elian Peltier   et publié par le New York Times, le 13 12 2018.   La version que vous lisez a fait l’objet d’une traduction automatique et peut présenter des scories. Pour lire l’original, syuivre le lien ci-dessus.

Les élèves de neuvième année se sont rapidement concentrés sur un message de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, lié à un incident qui avait fait la une des journaux en France, lorsqu’un adolescent avait menacé un enseignant. Une étudiante a déclaré que le poste de Mme Le Pen était digne de confiance car son compte avait été vérifié par Twitter. Mais Samia Houbiri, 15 ans, a dit que Mme Le Pen voulait simplement attirer l’attention.

“Elle choisit un sujet, elle exagère les choses, puis les gens diront: ‘Elle a raison, je devrais voter pour elle”, a déclaré Mme Houbiri.

Sandra Laffont, la journaliste qui animait cet atelier, a hoché la tête en déclarant: «Les politiciens peuvent parfois exagérer la réalité, car leur objectif est de convaincre les gens que leurs idées sont les bonnes.”

La classe faisait partie d’une nouvelle expérience d’éducation aux médias visant à travailler avec des journalistes et des éducateurs pour lutter contre la propagation de la désinformation en ligne. La France coordonne l’un des plus importants efforts mondiaux d’alphabétisation sur Internet et sur les médias visant à enseigner aux étudiants, dès le collège, à repérer les informations indésirables en ligne.

Depuis 2015, le gouvernement français a augmenté le financement de cours sur les inconvénients du monde en ligne. Chaque année, environ 30 000 enseignants et autres professionnels de l’éducation reçoivent une formation du gouvernement sur le sujet. Dans certains endroits, les autorités locales exigent que les jeunes adultes suivent un cours d’alphabétisation sur Internet pour pouvoir bénéficier d’aides sociales, telles qu’une allocation mensuelle.

Le ministère français de la Culture a doublé son budget annuel pour les cours d’éducation aux médias à 6 millions d’euros, et le ministère de l’Education ajoute un cours facultatif sur “Internet et les médias” au programme national, le rendant accessible à des milliers de personnes. étudiants. Certains éducateurs demandent que les cours soient obligatoires et qu’ils soient enseignés parallèlement à l’histoire et aux mathématiques.