De réfugiée au PSG et au-delà : L’histoire marquante de Nadia Nadim

L’attaquante d’origine afghane du PSG, Nadia Nadim, a aidé son équipe à remporter la victoire en championnat de France le week-end dernier, puis a rapidement annoncé qu’elle quittait le club. C’est le dernier chapitre de son histoire en montagnes russes, racontée dans ses mémoires ‘Mon Histoire’. Le slogan de l’attaquante têtue est “rêve grand” – et elle le fait.
 article par Alison Hird publié sur le site rfi.fr, le 0 6 06 2021
Nadim n’avait que 10 ans lorsque son père, un général de l’armée afghane, a été assassiné par les talibans. Vivant dans la peur et incapable de travailler, sa mère veuve ne voyait que peu d’avenir pour ses cinq filles. Elle a vendu ses objets de valeur pour payer un passeur afin qu’il les amène au Royaume-Uni.

Elle raconte cette époque et la fuite vers la liberté, sans pathos, dans son livre : le voyage périlleux sur de faux passeports d’abord en avion, enfermé dans un camion pendant des jours avec peu de nourriture et d’eau, la peur aiguë tempérée par la force imposante de sa mère.

Lorsque les cinq femmes sont finalement arrivées à destination et que les portes du camion se sont ouvertes, elles se sont retrouvées non pas en Grande-Bretagne, mais au Danemark.
La vie de Nadim, déjà bouleversée, allait changer à jamais alors qu’elle commençait à apprendre la “langue la plus facile de toutes” : le football. “Quand j’ai commencé à jouer au football dans un camp de réfugiés quand j’étais petite et que je suis tombée amoureuse du jeu, je ne savais même pas que les footballeuses pouvaient atteindre ce niveau”, dit-elle en se relaxant au Parc des Princes du PSG après une séance d’entraînement. .

Mais j’ai continué à m’entraîner dur, j’ai continué à croire, et petit à petit, nous sommes ici”, pointant du doigt le stade légendaire derrière elle.

“Je déteste perdre”
Nadim a joué professionnellement pour Fortuna Hjørring (elle joue toujours pour l’équipe nationale danoise), New Jersey, Portland Thorns, Manchester City et a rejoint le PSG en janvier 2019.Elle a marqué 13 buts lors de la saison 2019/20 avec le PSG et dit qu’elle “déteste perdre”.

Dans son livre, elle parle de la “furie” qui “alimente” son jeu et qu’elle “n’a pas vu beaucoup de ce feu chez les joueuses françaises”.

Nadim (G) avec ses coéquipières danoises Theresa NIelsen et Frederikke Thogersen, célèbre après avoir marqué contre la Hongrie lors de leur match de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA 2019 au stade Viborg, Danemark, le mardi 12 juin 2018. AP – Bo Amstrup

En personne, devant l’équipe de presse du club, elle est moins critique : « Il faut vouloir gagner et nous avions besoin de plus de ça dans notre équipe. Je pense que nous y sommes arrivés, et j’en ai fait partie, définitivement. Nos séances d’entraînement sont maintenant plus difficiles que nos jeux. “

Le 4 juin, elle a aidé l’équipe à devenir championne de France pour la première fois.

Perle Morroni (L), Nadia Nadim (C) et Marie-Antoinette Katoto (R) célèbrent leur victoire en quart de finale de l’UEFA Women’s Champions League contre Arsenal au stade Anoeta de Saint-Sébastien le 22 août 2020. AFP – VILLAR LOPEZ

Plus de pauvreté

La tante de Nadim est la superstar afghane Aryana Sayeed . Le feu et l’ambition courent dans la famille.Son père a appris à ses filles à être dures, battant sa sœur aînée lorsqu’elle osait pleurer.”Nous étions comme des soldats qui devaient toujours se lever et retourner au combat, peu importe qui étaient nos adversaires”, écrit-elle.

J’ai définitivement la passion dans mes gènes“, dit-elle en riant. “Mon père était vraiment compétitif, étant général, et il faisait du sport lui-même. Ma mère était aussi très compétitive.

Son expérience de perdre la liberté sous les talibans et de vivre dans la pauvreté dans un camp de réfugiés au Danemark a encore renforcé son désir de réussir.

« Ce que j’ai vécu quand j’étais enfant m’a forgé à devenir cette personne que je suis. J’aime vraiment gagner et je veux réussir quoi qu’il arrive parce que je ne veux pas retourner là où j’étais quand j’étais enfant en étant pauvre.

Se sentir “comme à la maison” au PSG

“À la maison” au Parc des Princes le 19 mai 2021 © RFI/Alison Hird

Depuis, le désir de réussir l’anime.Elle a joué une saison à Man City en 2018, mais le climat, à la fois sur et en dehors du terrain, signifiait qu’elle n’était pas heureuse dans le club.« La vie est trop courte pour être dans des endroits et faire des   choses que je ne veux pas faire parce que ce n’est pas nécessaire. Pourquoi devrais-je?” dit-elle nonchalamment. Lorsqu’elle a eu la chance de venir au PSG en janvier 2019, la chance de porter le même maillot que “Zlatan, Mbappé et Silva” était “un rêve devenu réalité“. Elle s’est « tout de suite sentie chez elle » dans une équipe si diversifiée.«Je ne me sentais pas comme un étranger parce que j’ai l’air différent, j’ai une couleur de peau différente ou des croyances différentes, car il y a tellement de gens comme moi.

« C’est l’une des choses que j’aime le plus, je ne suis pas la seule à me démarquer », dit-elle en riant.

Liberté de croire
Nadia Nadim ne porte pas le voile mais être musulmane est importante pour elle. “La religion m’a permis de garder les pieds sur terre et de pouvoir faire face à ce qui se passe autour de moi”, dit-elle, ajoutant qu’elle se sentait détendue dans le club et prie “autant que je le peux“.

À la Mosquée Bleue en juin 2018. “La religion m’a gardé les pieds sur terre.” © Nadia Nadim Instagram

Je sais que si vous me regardez et que je joue au football, vous vous dites : ‘Oh, elle ne peut pas être musulmane’, mais je pense que c’est une conception tellement fausse de ce qu’est l’islam ou de ce qu’est une religion. fin, c’est là pour vous d’être un bon être humain… et je pense que je le suis. 

Dans son livre, elle fait référence aux « difficultés d’être musulman en Europe en ce moment » en raison de la façon dont les terroristes ont détourné l’islam.

« Malheureusement, vous voyez une tendance à l’islamophobie et à cette peur de la religion. C’est bouleversant parce que je pense qu’une minorité de musulmans ruine le nom de la religion.”

Rêver grand
Nadim a toujours su qu’elle avait besoin d’une deuxième carrière et a commencé à étudier la médecine tout en jouant professionnellement au Danemark. Elle est maintenant sur le point d’obtenir son diplôme de chirurgienne, spécialisée en chirurgie reconstructive.

Passer de la performance sur le terrain à la salle d’opération n’est pas un si grand saut – une forme d’intensité sera remplacée par une autre.

Nadia Nadim, attaquante du PSG et de l’équipe nationale danoise, raconte comment elle est passée de réfugiée afghane à superstar du football dans “Mon Histoire” paru en juin 2021 © Marabout

« Ce que j’aime le plus, c’est la pression et la responsabilité qui pèsent sur vos épaules. Cela vous fait vous sentir vivant. Je suppose que c’est probablement le crossover.

Ayant été beaucoup aidée tout au long de sa vie, travailler comme médecin est sa façon de rembourser.

Je vais probablement être la dernière personne qui peut avoir un impact sur la vie d’une personne – cela m’intéresse énormément“, dit-elle. “Pouvoir faire cela pour d’autres personnes sera incroyable.

Et puis il y a le facteur argent. Elle admet “bien vivre” mais l’énorme écart entre le football féminin et masculin signifie qu’elle n’engrange pas des millions. Elle en veut plus.

« Je sais que j’ai un esprit brillant et je ne veux pas qu’il soit perdu. En tant que médecin, je vais probablement gagner des tonnes d’argent », dit-elle en riant.

« Si vous voulez vraiment apporter du changement, vous devez avoir une liberté totale en termes de finances car au final si vous avez des idées brillantes, vous avez besoin d’investisseurs. Et si quelqu’un a faim dans la rue, il a besoin de nourriture, pas d’un câlin.” Même si, comme elle l’admet, “Un câlin aide“.

Pas étonnant qu’elle soit surnommée « la bombardière ».