Champigny : avec le village “copain du monde”, le Secours populaire apprend la solidarité aux enfants

Amuser et divertir les enfants tout en sensibilisant à la solidarité et en récoltant des fonds, c’est le but de l’événement festif organisé par le Secours populaire  samedi à Champigny. Il lance la semaine du « village copain du monde »

Article par Anne Lippert publié sur le site leparisien.fr, le 22 08 2020

Musique à fond, banderoles et gâteaux sucrés à gogo, l’après-midi s’annonce festif dans la rue de l’Eglise à Champigny. Les cris des enfants ravis d’avoir gagné un lot à la tombola se mêlent aux éclats de voix d’un groupe d’adolescents qui joue au jeu de sept familles … sur le droits des enfants.

Un spectacle de magie et une tombola appréciés
Pour la première fois, le Secours populaire du Val-de-Marne ouvre les portes de ses locaux pour un événement centré autour du mouvement « copain du monde », qui apprend la solidarité aux jeunes de 6 à 12 ans. « Je suis venue avec ma fille de quatre ans pour l’occuper, parce qu’on ne part pas en vacances », raconte une mère de famille originaire de Créteil, venue pour voir le spectacle de magie. Tasnime, sa fille de quatre ans, saute de joie après avoir gagné un jouet qu’elle porte du bout des bras.

Champigny. Tasnime, quatre ans, saute de joie avec le jouet qu’elle a gagné à la tombola. L’agrent récolté sera reversé au Secours populaire.LP/Anna Lippert

« Ce n’est parce qu’on est petits qu’on a moins de privilèges que les adultes »
Mais au-delà de l’aspect festif et caritatif, l’événement doit aussi faire connaître le dispositif du Secours populaire « copain du monde » qui, entre autres, sensibilise les enfants sur leurs droits. Pour cela, un jeu des sept familles aborde le sujet de manière ludique. Fares, 12 ans, est en pleine partie avec ses amis : « j’ai appris que ce n’est parce qu’on est petits qu’on a moins de privilèges que les adultes », commente le jeune homme.

Champigny. L’événement doit sensibiliser les enfants à leurs droits à travers un jeu de sept familles.LP/Anna Lippert

« Copain du monde » doit aussi apprendre la solidarité aux enfants et les pousser à s’engager. « Avec la crise du coronavirus, on a de plus en plus besoin de bénévoles, car toujours plus de personnes franchissent les portes du Secours Populaire », souffle Marie Heinly, chargée de partenariats et de communication pour le Secours populaire du Val-de-Marne. « Il faut préparer la relève en termes de bénévoles, donc il faut que les jeunes s’engagent et qu’ils parlent du mouvement entre eux », insiste cette dernière.