La LICRA appelle les candidats aux législatives à signer une charte contre le racisme

La LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) invite les candidats et candidates aux élections législatives du 11 juin prochain à signer une charte contre le racisme.

Sur les quelques 7800 candidats, seule une quarantaine ont à ce jour signé la charte depuis sa mise en ligne le 19 mai dernier. Il est possible de voir en temps réel les noms des signataires.

On retrouve quelques grandes figures politiques : Najat Vallaud-Belkacem (6ème circonscription du Rhône, PS), Thierry Solere (9ème circonscription des Hauts-De-Seine, LR) ou encore Delphine Batho (2ème circonscription des Deux Sèvres, sans étiquette)

Au cours de la campagne présidentielle, la LICRA avait déjà appelé  les candidats à signer une charte similaire. Seuls Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon avait accepté. Français Fillon avait indiqué « adhérer aux principes » mais n’avait toutefois pas souhaité signer les engagements personnels.

La charte antiraciste de la LICRA stipule que :

“La meilleure façon de servir la République est de redonner force et tenue au langage

Résolument attaché aux valeurs de la République, candidat(e) aux élections législatives, je m’engage solennellement à adhérer aux principes défendus dans la présente charte antiraciste :

Préambule

L’expression du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie et de l’homophobie s’est libérée dans notre pays. Le rejet de l’autre se banalise sous l’effet de mots qui hystérisent l’opinion publique. Chaque fait divers devient le prétexte à la normalisation de la haine. Les extrémistes de tous bords, et notamment le Front National, en sont les premiers responsables et les premiers bénéficiaires. Ils instrumentalisent la campagne électorale pour désigner des boucs-émissaires, propager des stéréotypes, agiter les peurs, réveiller les pires fantasmes et appeler à la discrimination et à la haine. Tout ceci concourt à diviser les Français, à les dresser les uns contre les autres et à fracturer l’unité nationale. Tout commence par des mots et se termine dans l’affrontement et la violence.

À l’heure où s’ouvre la campagne électorale, un sursaut républicain s’impose.

Il est urgent de redonner à la parole publique force, tenue, dignité et éthique. La France est fille des Lumières. Elle a proclamé l’universalité des Droits de l’Homme et du Citoyen et forgé la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». Les représentants de la Nation sont garants de cet héritage.

Les Français vont élire leur Président et leur Assemblée nationale. Les candidats à ces élections ont une responsabilité particulière lorsqu’ils s’expriment : celle d’incarner pleinement les valeurs de la République au-delà de leur appartenance politique et de combattre, sans faiblesse, sans complaisance et sans ambiguïté, la prolifération des extrémismes.