Tous contre le racisme

Depuis sa création, l’association et la Compagnie Dans6T s’illustre par ses projets artistiques autour d’une même philosophie : celle du vivre ensemble. Chorégraphies et projets pour les quartiers populaires sont le quotidien de l’association.

Aujourd’hui, c’est avec un film «Racisme : la parole est aux jeunes», réalisé par Florian Brestat (anciennement Doggy et devenu le Marquis de Brestat), que l’association fait parler d’elle. Tout commence début 2017 avec un appel à projet orchestré par l’association Dilcrah, en partenariat avec la préfecture des Hautes-Pyrénées. Outre celui de Dan6T, cinq associations de la région ont répondu présent pour ce projet. L’objectif : donner la parole aux jeunes sur le thème du racisme, de la laïcité et de l’antisémitisme.

Trois fléaux contre lequel se bat Dan6T. C’est donc sans surprise que Bouziane Boutelja (directeur artistique), Leila Benaouali (directrice de projet politique de la ville) et Florian Brestat, trois piliers de l’association, ont décidé penser leur propre projet.

«Avec Leila et Bouziane, nous avons réalisé un projet en deux parties. La première, c’est le film. L’idée était de donner à des jeunes entre 10 et 16 ans d’origines différentes leur propre vision du racisme. à nous trois, nous avons créé un panel de questions : qu’est-ce que c’est ? Comment peut-on le combattre ? As-tu été victime ou témoin de racisme ? Pourquoi il existe des gens racistes ? la possibilité d’un monde sans racisme, pour encadrer les entretiens. Nous avons ensuite demandé à plusieurs élèves de Dans6T de participer à ce film. Depuis un mois, cette vidéo est en ligne sur le site et le Facebook de Dans6T et les retombées ont déjà été très positives.

Mais ce n’est pas tout. Dans une seconde partie, nous prévoyons d’inviter, fin 2017, les collégiens et lycéens dans un des théâtres de Tarbes pour une représentation d’un extrait de «Réversible», création de Bouziane Bouteldja (pièce chorégraphique qui s’attaque aux maux semés par la religion), qui sera suivie d’un débat entre l’artiste et les jeunes spectateurs», confie Florian Brestat.

Un pas de plus vers le mieux vivre ensemble.

 

0