«Lobby Juif», «Banania», «connards de Français»: on a scruté les comptes Facebook et Twitter des 573 candidats FN

Enquête BuzzFeed News – Sur les 573 candidats que présente le Front national aux législatives, une centaine poste, aime ou partage des contenus homophobes, antisémites, islamophobes ou racistes. Tour de France du FN dédiabolisé de Marine Le Pen.

En janvier 2016, Marine Le Pen a nommé Jean-Lin Lacapelle «secrétaire national aux fédérations et à l’implantation». Avec une mission: sillonner la France pour écarter des législatives les candidats dont le profil sulfureux et les propos outranciers donneraient une mauvaise image du parti. Dans chaque circonscription, le candidat «me fait parvenir un dossier», explique-t-il au Figaro. «Si le candidat est impeccable», la validation est enclenchée. «S’il y a des doutes, le dossier est étudié plus sérieusement. Ceux qui doivent être écartés le sont.» C’est raté.

Voici Christelle de l’Épinois, candidate dans la 3e circonscription de l’Aude, qui partage des statuts Facebook visant «ces gros connards de Français». Voici Stéphane Poncet, candidat dans le Rhône qui dessine et publie sur Facebook des caricatures dans lesquelles les noirs arborent de grosses lèvres roses et profitent tranquillement de toutes les prestations sociales tout en commettant des délits. Voici Alain Avello, le monsieur éducation du FN, qui rigole sur Facebook avec un ami: «Tu devrais essayer la zoophilie» avec Christiane Taubira. Dans une autre circonscription, cette candidate s’inquiète du «génocide blanc» qui se prépare en France. Ce candidat diffuse sur Facebook les adresses de migrants car ce sont «peut-être des terroristes». Ce candidat partage sur sa page un photomontage sur «le lobby juif» en France. Ce candidat ne dit pas «étranger», il dit «Banania». La liste est longue.

Nous avons scruté un par un les 573 candidats investis par le FN. Nous avons regardé ce qu’ils disaient, ce qu’ils commentaient, ce qu’ils likaient sur Facebook et Twitter. Il a parfois fallu du temps et quelques astuces pour retrouver leur profil Facebook. Mais tout ce que nous avons trouvé et que nous vous livrons ici est public. Nous n’avons rien piraté. Au passage, nous avons aussi regardé si les candidats avaient déjà été condamnés. Et ce que la presse locale nous apprenait sur eux.

Nous avons gardé une centaine de candidats dont les propos sont les plus outranciers. Bien souvent, ce déversement de haine tombe sous le coup de la loi. Il nous éclaire en tout cas sur ce qu’est le Front national en 2017. Les réflexions racistes, les sorties antisémites, les traits d’humour homophobes de ces candidats dessinent au crayonné la réalité de l’extrême droite aujourd’hui. Petit voyage dans le Front national dédiabolisé de Marine Le Pen.