Le maire de Genève rappelle qu’il est obligatoire de sauver les migrants en mer

Sami Kanaan a signé mardi 21 mai la Déclaration de Genève sur les droits de l’Homme en mer. Le texte, porté par des associations, rappelle les principes de défense des droits humains. Les auteurs espèrent que la Déclaration sera signée par le plus grand nombre de maires en Europe, et qu’il provoquera une mobilisation internationale en faveur des migrants en Méditerranée.

article de Leslie Carettero publié sur le site infomigrants.net, le 

À l’heure où des dizaines de migrants meurent chaque mois en mer, le maire de Genève réaffirme l’obligation des États européens d’aller secourir les migrants en détresse en Méditerranée.

Sami Kanaan a signé mardi 21 mai la Déclaration de Genève sur les droits de l’Homme en mer. Le texte, porté par l’association britannique Human rights at sea et soutenu par l’ONG SOS Méditerranée Suisse, rappelle que la vie humaine est sacrée en mer comme sur terre. Le droit maritime international et la Convention de Genève, relative au statut de réfugié, ne doivent pas être des textes vains, selon les signataires de la Déclaration qui entendent les faire respecter.

Ville de Genève@VilleDeGeneve

La Ville de #Genève apporte son soutien à la Déclaration de Genève sur la protection des droits humains en mer http://bit.ly/2JwdD9p .

Mardi 21 mai 2019 au Palais Eynard, M. Sami Kanaan, Maire de Genève, a signé la Déclaration de Genève sur la protection des droits humains en mer, initiée par l’ONG Human Rights at Sea, en présence…

“La mer n’est pas une zone de non-droit”

“La mer n’est pas une zone de non-droit”, insiste Caroline Abu Sa’da, directrice de SOS Méditerranée Suisse, jointe par InfoMigrants. Or “il existe de plus en plus de preuves de violations systématiques des droits de l’Homme en mer (…) Les gens disparaissent en mer, meurent en mer, sont agressés et maltraités”, », est-il rappelé dans la Déclaration.

Depuis des mois, les ONG alertent sur les traitements inhumains subis par les migrants en Libye. Elle s’offusquent que l’Union européenne renforce les capacités des garde-côtes libyens en mer Méditerranée. En février, la ministre française des Armées, Florence Parly, a annoncé que Paris allait livrer six navires à Tripoli pour soutenir les “efforts de la marine libyenne […] contre l’immigration clandestine”.

Les ONG et les instances internationales répètent inlassablement que les migrants ne doivent pas être renvoyés en Libye, pays en guerre et donc peu sûr.

>> À lire sur InfoMigrants : Le HCR appelle à renforcer d’urgence les secours en mer