Denis Mukwege ouvre le Forum mondial sur la paix par un discours alarmiste

Le médecin congolais, prix Nobel de la paix 2018, a lancé à Caen, à la veille des commémorations du Débarquement, un vibrant appel à renforcer les démocraties.

Article d’ Annick Cojean publié sur le site lemonde.fr,le 05 06 2019

C’est par un discours puissant et alarmiste que le docteur congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, a ouvert le Forum mondial sur la paix organisé à Caen, mardi 4 juin, par la région Normandie à la veille des célébrations du 75e anniversaire du Débarquement. Un discours dont la gravité a teinté l’ensemble des débats qui ont suivi et dont les idées se retrouvent dans un Manifeste pour la paix, co-rédigé par quatre Nobel exceptionnellement réunis à Caen ( M. Mukwege, l’Américaine Jody Williams, l’Egyptien Mohammed ElBaradei et la Libérienne Leymah Gbowee) et désormais proposé à la signature dans le monde entier.

Evoquant les millions de morts de la seconde guerre mondiale et l’injonction du « plus jamais ça » qui a notamment abouti à la création de l’Union européenne devenue « le modèle d’intégration régional le plus avancé et le plus envié du monde », Denis Mukwege note que « le multilatéralisme est aujourd’hui mis à rude épreuve par la tentation du repli. Avec le Brexit et les résultats des dernières élections européennes, nous constatons que les acquis si chèrement gagnés sont menacés. Ce qui semblait solide apparaît désormais comme fragile. »

Sur les plages, des soldats aux migrants

Et d’insister, alors même que ce forum était organisé sous le slogan « Faiseurs de paix » : « Avec effroi, nous assistons en ce début du 21e siècle à une régression face à nos droits, à nos libertés fondamentales… L’autre, l’étranger, celle ou celui qui est différent, sont pointés du doigt comme étant la source des problèmes. Les paroles de haine mènent à des actes d’agressions racistes et sexistes. Les idées extrémistes tendent à se banaliser dans la société et dans le discours politique de nombreux pays, au point d’être parfois reprises par les partis démocratiques. »