Articles > Mémoires > La Statue de la Liberté a été créée pour célébrer les esclaves libérés et non les immigrants

La Statue de la Liberté a été créée pour célébrer les esclaves libérés et non les immigrants

Lady Liberty a été inspirée par la fin de la guerre civile et l’émancipation. La connexion à l’immigration est venue plus tard.

La flamme et la flamme d’origine, ainsi qu’un modèle de visage grandeur nature, sont exposés dans le nouveau musée Statue de la liberté à New York. (Richard Drew / AP).

Le nouveau musée de la Statue de la liberté dans le port de New York regorge de trésors: le flambeau original, remplacé dans les années 1980; une réplique en cuivre non oxydé (lire: pas verte) du visage de Lady Liberty; et des enregistrements d’immigrants décrivant la vue du monument de 305 pieds.

Il fait également revivre un aspect de l’histoire longtemps oubliée de la statue: Lady Liberty a été conçue à l’origine pour célébrer la fin de l’esclavage et non l’arrivée d’immigrés. Ellis Island, la station d’inspection par laquelle passèrent des millions d’immigrés, ne s’ouvrit que six ans après le dévoilement de la statue en 1886. La plaque avec le célèbre poème Emma Lazarus ne fut ajoutée qu’en 1903.

«L’une des premières significations [de la statue] concernait l’abolition, mais c’est un sens qui ne tient pas», a déclaré Edward Berenson, professeur d’histoire à l’Université de New York et auteur du livre « La Statue de la liberté: A Transatlantic Story », a déclaré dans une interview avec le Washington Post.

Le monument, qui attire 4,5 millions de visiteurs par an, a été imaginé pour la première fois par un homme du nom de Édouard de Laboulaye. En France, il était un expert de la Constitution américaine et, à la fin de la guerre civile américaine, président d’un comité qui levait et versait des fonds aux esclaves libérés, selon Yasmin Sabina Khan, auteur du livre « Enlightening the Monde: La création de la statue de la liberté . “

Laboulaye aimait l’Amérique – prononçant souvent des discours décrits par un correspondant du New York Times en 1867 comme “des fêtes de la liberté qui déplacent l’âme des hommes au plus profond de leurs profondeurs” – et il l’aimait encore plus lorsque l’esclavage fut aboli.

En juin 1865, Laboulaye organisa une réunion des abolitionnistes français dans sa résidence d’été à Versailles, a déclaré Berenson.

“Ils ont parlé de l’idée de créer une sorte de cadeau commémoratif reconnaissant l’importance de la libération des esclaves”, a déclaré Berenson.