La Martiniquaise Paulette Nardal, pionnière oubliée de la cause noire

 C’est dans l’appartement de Paulette Nardal, à Clamart, où se retrouvait l’intelligentsia noire des années 1920 et 1930, qu’ont été posées les bases du concept de négritude. Pourtant, la vie de cette Martiniquaise engagée a longtemps été oubliée. Dans ce podcast, Benoît Hopquin, journaliste à « M le magazine du Monde », retrace son histoire.

article par  Cyrielle Bedu publié sur le site lemonde.fr le 06 10 2021

Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire, Félix Eboué, Augusta Savage, Claude McKay… Ces écrivains, artistes et personnalités politiques se sont tous retrouvés, avec d’autres hommes et femmes acquis à la cause noire, dans le salon de Paulette et Jane Nardal, à Clamart, dans les Hauts-de-Seine.

À la fin des années 1920, les dimanches après-midi, les sœurs Nardal célébraient la culture noire avec leurs invités, réfléchissaient au sort des colonies et se demandaient quelle était la place des Noirs en Occident.

Benoît Hopquin est journaliste à M le magazine du Monde. Dans cet épisode de « L’Heure du Monde », il décrit l’impact culturel et politique de Paulette Nardal sur le Paris bouillonnant de l’entre-deux-guerres. Il nous raconte aussi pourquoi son histoire a longtemps été mise de côté.

Un épisode produit par Cyrielle Bedu, réalisé par Matthieu Gasnier et présenté par Morgane Tual.

En savoir plus sur le sujet :