Famille d’accueil : “On a appris à partager notre maman” Ranya, 14 ans, collégienne

Depuis que sa mère est assistante familiale, ils sont huit à la maison. Grandir dans une famille d’accueil a enrichi l’éducation de Ranya.

Nous sommes passés de six à huit personnes à la maison. En 2014, notre vie familiale a complètement changé car ma mère est devenue assistante familiale. Elle a obtenu l’agrément pour accueillir chez nous des enfants placés, qui peuvent avoir entre 0 et 21 ans. En échange d’une rémunération, la famille d’accueil doit s’occuper de ces enfants en difficulté : les nourrir, les éduquer et les emmener rendre visite à leurs parents au moins une fois par mois. L’assistant familial doit être tolérant, ouvert d’esprit, avoir de l’empathie pour accueillir ces nouveaux membres dans sa propre famille. Sans aucun doute des qualités que ma mère possède.

Nous, mon frère, ma sœur et mes parents, on vivait dans une maison à Magnanville. Il y avait de la place pour accueillir d’autres enfants et notre maison remplissait les critères de sécurité. Il y a six ans donc, ma mère a accueilli une première petite fille de huit mois qui avait beaucoup de carences éducatives et affectives. Elle était très mignonne, avec des cheveux châtains et une petite frange. Deux ans plus tard, une deuxième petite fille brune, métisse et toute mignonne aussi, a rejoint notre foyer familial.

Mon quotidien allait être bouleversé

Le jour où elles sont arrivées chez nous, j’étais très excitée et protectrice car ce n’étaient encore que des bébés. Puis, je me suis rendu compte que mon quotidien allait être bouleversé… Ma mère n’avait plus beaucoup de temps pour nous, elle était souvent occupée à remplir des papiers ou des documents pour les filles. On ne pouvait pas la déranger, ni lui demander de jouer avec nous. Je me sentais un peu délaissée, sans doute parce que je n’avais que 9 ans et que je ne comprenais pas tous les enjeux de sa décision. Ma sœur et mon frère, plus jeunes encore, ne réagissaient pas tellement.

L’installation de la première des filles s’est très bien passée : elle riait et jouait tout le temps avec nous. Au début, elle appelait ma mère « maman ». À 4 ans, en voyant sa mère en visite, ma maman lui a expliqué que c’était elle, sa mère. Elle a semblé comprendre et s’est mise à appeler ma mère « tata ».

L’arrivée de la deuxième a été un peu plus compliquée : elle ne parlait jamais, n’avait aucune émotion (ni chez nous, ni avec ses parents). C’est seulement après son entrée en petite section, à 3 ans, qu’elle a eu comme un déclic ! Elle s’est mise à rire et à être heureuse avec nous et ses parents. On a eu l’impression de découvrir une nouvelle personne !

Une famille d’accueil c’est beaucoup d’investissement, de temps et d’énergie

Désormais, les filles ont 4 ans et 6 ans. Je sais aujourd’hui les raisons pour lesquelles elles ont été envoyées chez nous, mais je ne peux pas vous le dire, secret professionnel. Ce n’est pas toujours facile pour moi de garder ce secret. Mes copines me demandent souvent, mais j’essaie de parler au minimum de ce sujet sensible. En général, les enfants placés sont envoyés dans des familles d’accueil parce que leurs parents ne sont pas en mesure de les garder. Des fois car les parents n’ont pas de logement ou sont handicapés. Ou à cause de la drogue, de l’alcool, etc.