Django Reinhardt, le créateur du jazz manouche

Manouche, nomade, Django est pourtant belge de naissance et français de nationalié.  Il n’échappera à la mobilisation que par la “grâce” de sa main brûlée..

Django Reinhardt – Belgique

Le créateur du jazz manouche

Django Reinhardt, originaire d’Europe centrale, commence le violon à 5 ans. Malgré un accident dramatique à la main gauche, la réputation du jeune virtuose se répand. La formation qu’il monte avec le violoniste Stéphane Grappelli, le Quintette du Hot Club de France, en 1934, est le premier orchestre français à cordes qui joue du jazz, attirant les plus grands musiciens de jazz comme Coleman Hawkins ou Louis Armstrong. Puis, en 1946, il part aux États-Unis et joue avec Duke Ellington, Bill Coleman, Cole Porter ou Fats Waller, avant de revenir en France. Django Reinhardt est devenu une référence majeure pour des guitaristes comme Andrès Segovia, Mark Knopfler, Jimi Hendrix ou Thomas Dutronc..

Raconté par Thomas Dutronc

D’abord passionné par la photographie, il découvre ensuite la musique de Django Reinhardt et se met à jouer de la guitare. Il collabore avec son père sur l’album Brèves Rencontres puis écrit Mademoiselle pour Henri Salvador. En 2003, il participe avec Matthieu Chedid à la musique du film, Toutes les filles sont folles de Pascale Pouzadoux, et à celle du dessin animé Les Triplettes de Belleville de Sylvain Chomet. En 2007, il sort l’album Comme un manouche sans guitare avec lequel il remporte la Victoire de la chanson originale lors de la 24e cérémonie des Victoires de la musique, deux ans plus tard. En 2011, son deuxième album Silence on tourne, on tourne en rond sort puis quatre ans plus tard Éternels, jusqu’à demain.

Biographie détaillée http://achac.com/artistes-de-france/django-reinhardt/