Villiers-Champigny : grâce aux “grands frères”, les cités ne s’affrontent plus