Lilian Thuram sensibilise 250 jeunes à la lutte contre le racisme

Le champion du monde de football 1998 était à Beausoleil, dans les Alpes-Maritimes, ce mardi. Lilian Thuram a rencontré 250 élèves pour les sensibiliser à la lutte contre l’homophobie, le sexisme ou encore le racisme.

S’opposer à toutes les formes de racisme. Lutter contre l’homophobie et le sexisme. Depuis qu’il a raccroché les crampons en 2008, Lilian Thuram sillonne la France et le monde pour sensibiliser, avec sa fondation, les plus jeunes à ces problématiques. Le défenseur, champion du monde 1998, était à Beausoleil, dans les Alpes-Maritimes, ce mardi.

“J’ai découvert que j’étais noir à l’âge de neuf ans”

Devant 250 enfants silencieux et très attentifs, Lilian Thuram a raconté son histoire. “Moi je suis arrivé dans la région parisienne à l’age de neuf ans, se rappelle l’ancien joueur de football de 45 ans. Je dis très souvent que j’ai découvert que j’étais noir à l’âge de neuf ans. J’ai également découvert que certains camarades d’école se pensaient supérieurs à moi car ils étaient blancs. Ils me renvoyaient une mauvaise image de ma personne. J’ai compris, plus tard, que c’était une construction historique. Comme les sociétés ont construit l’infériorité des femmes vis à vis des hommes ou des homosexuels.”

En tant qu'ancien joueur professionnel, l'homme originaire de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, sait que son discours est plus porteur auprès des gens - Mairie de Beausoleil.

En tant qu’ancien joueur professionnel, l’homme originaire de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, sait que son discours est plus porteur auprès des gens – Mairie de Beausoleil.

“L’égalité est quelque chose qui se construit”

Lilian Thuram insiste encore et encore sur ces points “fondamentaux” auprès des élèves. “C’est très important de comprendre cela, surenchérit-il. L’égalité est quelque chose qui se construit mais qui ne se donne pas. Et de tous temps, il y a eu des luttes pour l’égalité.” En tant qu’ancien joueur professionnel, l’homme originaire de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, sait que son discours est plus porteur auprès des gens.Mais je ne parle pas que de moi, quand j’évoque le sexisme ou l’homophobie, j’évoque la société.”

Les enfants, qui ont enchaîné les photos et selfies avec Lilian Thuram ont écouté et entendu le message de l’ancien joueur de l’AS Monaco. “Liberté, égalité, fraternité, lance Aaron. Nous sommes tous égaux et s’il y a des gens qui font de mauvaises réflexions par rapport à nos origines, il ne faut pas répondre, il faut être plus intelligent qu’eux.” La leçon a visiblement été comprise par les 250 enfants de Beausoleil.

Par Florian Cazzola. Publié le 30/05/2017 sur France Bleu.