Un street artist crée une installation solidaire à disposition des plus démunis

À Montpellier, le street artist Monsieur BMX  – qui encastre habituellement des vélos dans les façades – a décidé d’installer un Caddie dans un mur… et de le remplir de vivres pour ceux qui n’ont pas assez à manger. 

Un peu comme Banksy ou les Daft Punk, on ne connaît pas le vrai visage de Monsieur BMX, un street artist qui aime décorer les murs des villes en y encastrant des vélos, de Paris à Montpellier en passant par Bruxelles et New York. Une sorte de signature à laquelle il a fait une exception en lui substituant un Caddie de supermarché. Ou plutôt une moitié de Caddie fixée dans un mur du quartier d’Antigone à Montpellier, juste en face du centre commercial Polygone. Mais le but n’est cette fois-ci pas de faire de l’art pour l’art, car l’œuvre est participative.

L’idée est donc de remplir le chariot de nourriture et de biens de première nécessité à l’attention des plus démunis, comme l’explique l’intéressé au journal 20 Minutes :

“J’ai longtemps été chef de magasin dans le hard discount, et les dérives de la grande distribution m’ont toujours inspiré. J’ai voulu me diversifier, changer, faire autre chose que d’installer des mini-vélos. J’ai donc accroché un chariot. Mais il manquait quelque chose, ça ne suffisait pas…”

Monsieur BMX décide ainsi de transformer son installation en œuvre solidaire, dans laquelle il glisse de la nourriture “pour ceux qui en ont besoin”. Immédiatement, l’initiative a trouvé écho auprès des habitants du quartiers qui se sont mis eux aussi à remplir le Caddie avec des vivres. Ainsi, le chariot de supermarché fait office de mini-supérette pour ceux qui sont dans le besoin et ce, gratuitement, évidemment. Une sorte de relais solidaire improvisé où tout le monde peut déposer ce qu’il souhaite en fonction de ses moyens. Et ceux qui en ont besoin de venir se servir anonymement.

Une jolie initiative qui a finalement pris tout son sens grâce à l’esprit collectif des habitants du quartier. Alors pourquoi ne pas la multiplier dans l’Hexagone ?

Par Jeanne Pouget. Publié en février 2017 sur Clubsandwich.konbini