Le Comptoir, le cocon des entrepreneurs sociaux à Montreuil

Implanté en banlieue parisienne, sur la commune de Montreuil, le Comptoir de l’innovation accueille des start-up sociales à fort potentiel.

Sur le site Internet de Another Chef (1), Fatima Amzoung apparaît vêtue d’un haut noir et d’un joli collier doré. Le sourire est un peu crispé et les yeux, cerclés de grosses lunettes carrées. Surtout, de ses deux mains, Fatima Amzoung présente au photographe un appétissant plat de couscous. « Couscous avec raisins secs », précise-t-elle aussitôt.

Originaire du sud du Maroc, cette femme est l’une des 34 « chefs à domicile » inscrits sur ce site Internet qui permet à des personnes d’origine étrangère vivant en France d’aller cuisiner chez des particuliers pour faire connaître leur pays et arrondir leur fin de mois. « Tajine de poulet fermier aux olives et petits légumes, brick de viande hachée, pâtisseries orientales… Je maîtrise toutes les spécialités marocaines, affirme Fatima Amzoung. Mais je ne fais rien sans gingembre, curcuma, bâtons de cannelle, persil ou coriandre. »

Elle est arrivée en France le 22 octobre 1992 – « une date qui ne s’oublie pas, tant le choc a été rude » – pour aider son père, un ouvrier chez Citroën, victime d’un accident du travail, qui venait d’entrer à l’hôpital. « Je suis l’aînée de dix frères et sœurs et tous sont restés au Maroc, avec ma mère, explique la cuisinière. J’avais 28 ans et je me suis dit que jamais je ne réussirai à vivre en France. »

Pour gagner sa vie, elle garde des enfants après l’école

Et puis, la vie a pris le dessus. Fatima Amzoung s’est mariée, elle a eu deux enfants, en 1998 et 2007, a déménagé plusieurs fois… et s’est faite à cette Europe qui lui faisait si peur.

Pour gagner sa vie, elle garde des enfants après l’école, mais la découverte du site Another Chef lui a ouvert de nouvelles perspectives. « J’adore cuisiner, mais je ne savais pas comment mettre à profit cette passion, souligne-t-elle. Avec Another Chef, tout est déclaré, donc je sais que je ne crains rien en me rendant chez un client. Je n’arriverai pas à gagner un salaire confortable, mais c’est un bon complément. Surtout, je suis heureuse de partager ma cuisine et de parler du Maroc. Cela permet des échanges formidables. »

Créée en février 2016, Another Chef est l’une des 20 start-up sélectionnées dans la dernière promotion du Comptoir de l’innovation, un incubateur qui accompagne des entreprises à fort impact social et environnemental. « J’ai rejoint le Comptoir en février, onze mois après la création d’Another Chef »,explique sa fondatrice, Audrey Vasseur, 33 ans.

« La création d’entreprise, c’est difficile quand on est seul »

« La création d’entreprise est un ascenseur émotionnel. On a quotidiennement des décisions à prendre, c’est difficile quand on est seul. Ici, je suis entouré d’autres entrepreneurs, je me sens stimulée dans un contexte bienveillant. Et je dors de mieux en mieux », avoue cette mère d’une fille de trois ans.