“Si stigmatisation il y a, c’est à l’encontre de la laïcité “

Je suis tellement surprise de constater les réclamations permanentes de certaines familles concernant les repas sans porc et même désormais les repas hallal. L’an passé, en accord total avec l’équipe enseignante de l’école, j’ai appuyé et soutenu la volonté de demander aux parents accompagnateurs de sorties scolaires la neutralité religieuse et d’opinion dans leur aspect vestimentaire en étant tout à fait consciente que dans mon quartier, cela s’adressait plus particulièrement aux mères d’élèves voilées.

Cet ajout au règlement de l’école, voté très majoritairement par le conseil d’école a bien sûr, suscité un vif émoi, émoi provoqué par l’action de 2 parents d’élèves. Lorsqu’il fut question pour ces mamans de rallier le soutien des parents, quelle ne fut pas leur surprise de constater que, malgré mon aspect méditerranéen et mon prénom, mes réponses étaient claires sur ce sujet : J’approuvais totalement cet ajout au règlement de l’école. Après tout ce que j’avais vécu pour m’en sortir, je me voyais rattrapée par ce voile promu désormais par les femmes elles-mêmes.

Mes pensées, source de ma détermination, allaient vers toutes ces petites filles, qui, en 2019, vivent les mêmes choses que moi j’ai vécues, qu’on veuille le croire ou non. Si le combat contre l’obscurantisme des familles me dépasse, je veux que l’école soit le rempart au religieux dans sa conception la plus obscure. J’ai parfaitement intégré que la laïcité n’est pas un rejet des religions mais une protection pour chacun à exercer sa liberté de conscience et, l’école doit représenter, pour les enfants, un lieu où la religion n’entre pas alors qu’à l’extérieur, elle est hélas omniprésente.

Je n’oublierai pas que c’est grâce à cela que, moi-même suis parvenue à gérer ma vie de femme libre.

Je suis, de plus, surprise, que des parents non musulmans, sous prétexte de “bien pensance” ou de “tolérance”, se soient offusqués de ce point de règlement, avançant la stigmatisation ou la liberté, eux qui n’ont pas vécu les contraintes et l’obscurantisme de certaines familles musulmanes. Ils devraient au contraire soutenir ce texte et aider à vraiment sortir le religieux de l’école dans le seul but de protéger les enfants.

Si stigmatisation il y a, c’est celle à l’encontre de la laïcité. Je constate que ses ennemis sont nombreux, souvent cachés et que ce rude combat, nous devons, nous musulmans éclairés, nous l’approprier, non pas en tant que communauté mais en tant que français et ainsi faire taire les extrêmes qui n’ont que l’affrontement comme horizon.