Une autre scolarité dans les établissements scolaires hors contrat

Les écoles hors contrat avec l’État adoptent souvent des pédagogies différentes. Tour d’horizon de ces écoles pas comme les autres.

Qu’est-ce qu’être « hors contrat » ?

Les établissements scolaires hors contrat avec l’État sont des écoles privées indépendantes de l’État : ils ne sont pas obligés de suivre le programme scolaire officiel. Les enseignants recrutés n’ont pas obligatoirement un diplôme de professeur. Ces écoles doivent néanmoins respecter une contrainte : garantir que leurs élèves aient acquis le minimum de connaissances requises à 16 ans, âge auquel l’instruction n’est plus obligatoire.

Ces établissements scolaires n’ont pas le droit de délivrer de diplôme, mais ils préparent les élèves aux examens officiels (brevets, baccalauréats…).

 

Combien y a-t-il d’écoles hors contrat ?

À la rentrée 2013, l’Éducation nationale comptabilisait 424 écoles maternelles et primaires et 524 collèges et lycées hors contrat. Ils rassemblent un peu plus de 50 000 élèves, soit 0,44 % du total des élèves scolarisés en France. L’enseignement hors contrat est encore marginal en France. Malgré tout, de plus en plus d’écoles de ce type voient le jour. Une soixantaine ont ouvert leurs portes en 2016.

 

Quelles différences dans l’enseignement ?

Une petite proportion d’écoles hors contrat sont confessionnelles et offrent un enseignement religieux (catholique, protestant, juif ou musulman). Mais la majorité des établissements hors contrat est laïque. Bien souvent, on y enseigne un programme très proche de celui de l’Éducation nationale, mais avec des méthodes alternatives développant la créativité, l’autonomie, comme les pédagogies Montessori (basée sur l’apprentissage sensoriel et la bienveillance) ou Freinet (fondée sur l’expression libre des élèves). Ces écoles attirent les enfants ayant rencontré des difficultés dans l’enseignement traditionnel, ceux dont les parents ont été déçus par les écoles publiques, mais aussi des adeptes de ces nouvelles formes éducatives.

 

Les établissements hors contrat sont-ils totalement libres d’enseigner ce qu’ils veulent ?

Pour éviter les dérives, les écoles hors contrat reçoivent des inspections de l’Éducation nationale. Il s’agit de vérifier que ces établissements respectent bien les lois, les « bonnes mœurs », les règles d’hygiène et que les élèves apprennent les bases du socle commun.

 

Comment sont-ils financés ?

Les écoles hors contrat ne reçoivent pas de subvention de l’État. Les locaux, les coûts de fonctionnement et les salaires des professeurs sont entièrement à la charge de l’établissement. Les frais de scolarité payés par les parents y sont donc élevés (parfois plus de 5 000 euros par an). L’inscription dans les écoles hors contrat n’est pas à la portée de tous.