Marseille : les accablants propos racistes du président du Yachting Club de la Pointe-Rouge

« Je serai le premier pour la ratonnade ». Nos confrères de “Marsactu” rapportent les paroles racistes du président du Yachting club lors d’une réunion de la métropole Aix-Marseille, le 22 février dernier. La mairie a suspendu ses relations avec l’association et le service juridique de SOS Racisme vient d’adresser hier (!!) mardi 27 avril au parquet de Marseille un signalement pour « injure raciste et provocation à la haine et à la discrimination » 

Article par Christian Tommasini  publié sur le site lamarseillaise.fr, le 27 04 2021

Ce sont des mots que l’on souhaiterait volontiers voir relégués au fin fond des époques sombres de notre société. Mais force est de constater qu’en 2021, ils peuvent resurgir, qui plus est dans la bouche de Christian Tommasini, président du Yachting club de la Pointe-Rouge. Ils auraient été tenus lors d’une réunion du conseil portuaire de la Pointe-Rouge à Marseille, en réaction à la présence d’«Arabes» autour du site. « Je ne suis pas raciste, mais maintenant il y en a marre des Arabes. Tu ne peux plus rien faire sans qu’un Arabe vienne te faire chier. »

L’enregistrement de Marsactu révèle d’autres propos du président : « Le jour où il faudra s’armer, je serai le premier à aller faire de la ratonnade ! ». Un racisme décomplexé qui n’a pas ému plus que ça autour de la table. Le vice-président de la métropole Didier Réault (LR) répondant sur un ton léger : « tu stigmatises... »

De nombreuses réactions outrées de la part d’élus se sont multipliées, notamment celle d’Hervé Menchon, adjoint écologiste au maire en charge de la mer, qui a expliqué sur Twitter avoir mis « en suspens l’ensemble des demandes de subventions déposées par l’auteur de ces propos racistes

 

Dans la foulée, le maire de Marseille Benoît Payan a lui aussi réagi sur les réseaux sociaux en déclarant « suspendre toutes ses relations avec cette association.»

Théo Challande, adjoint au maire a quant à lui annoncé avoir sollicité la justice par courrier. « C’est à la justice que je viens d’informer au titre de l’article 40 du code de procédure pénale, de statuer sur le cas de M. Tommasini au regard des propos racistes et d’incitation à la haine qu’il a manifesté. L’impunité n’est plus tolérée à Marseille »

La présidente de la métropole, Martine Vassal a également fait part de son indignation. « La République est une et indivisible. Aucun Français, quelles que soient ses origines, ses idées ou sa couleur de peau, ne mérite les propos stigmatisants qui ont été tenus. Ce n’est pas acceptable » a-t-elle déclaré.

 

La députée LREM de la 2e circonscription des Bouches-du-Rhône (7e et 8e arrondissements de Marseille), Claire Pitollat a de son côté condamné « fermement les propos sortis dans la presse, tenus lors du conseil portuaire. Ils sont choquants et inadmissibles » ajoutant que « les problèmes liés à la surfréquentation du littoral doivent être traités au plus vite pour mettre fin à des situations aussi violentes qu’incontrôlables. »