Mamadou Gassama, le premier jour du reste de sa vie

Mamadou ne le sait pas encore, mais des vidéos filmées au smartphone se propagent sur les réseaux sociaux comme une traînée de poudre. Ces images vont changer le cours de sa vie. Le lendemain, tous les médias sont à la recherche de celui qui a été rebaptisé « Spider-Mams » par les internautes. « Je n’ai pas pensé aux étages. Je n’ai pas pensé au risque », confiait-il au Parisien, qui l’avait rencontré sur place.

Puis tout s’accélère. Il quitte le foyer où il est hébergé depuis son arrivée en France fin 2017 pour un hôtel de Montreuil, qui lui permet d’échapper aux curieux. Dès le lundi 28 mai, celui qui est encore sans papiers est reçu à l’Elysée. Emmanuel Macron lui remet la médaille d’honneur pour acte de courage et de dévouement, saluant « un acte de courage et de force qui fait l’admiration de tous ». Le président annonce qu’il va être naturalisé et que la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris est prête à l’accueillir. La semaine suivante, la commune lui permettait d’obtenir un appartement. Et la ville le Paris lui décerne sa plus haute distinction, la médaille du Grand Vermeil.

-

Mamadou Gassama pose dans un camion de pompiers lors de son voyage aux Etats-Unis où il s’est rendu à l’occasion des BET Awards./DR

Rencontre avec Snoop Dogg

Après avoir rencontré l’ambassadeur du Mali en France, il est accueilli quinze jours plus tard en héros à l’aéroport de Bamako (Mali), répondant à l’invitation du président Ibrahim Boubacar Keïta. Son père le rejoint pour la réception. C’est la première fois qu’il le revoit depuis qu’il a quitté le continent en 2011. « C’est aussi la première fois que mon père allait à la capitale, à une journée et demie de voyage du village », souligne son frère, amusé.

Les retrouvailles sont de courte durée. Mamadou doit déjà s’envoler pour les Etats-Unis, où lui sera remis un BET Award, catégorie « humanitarian », décerné par la chaîne Black Entertainment Television. Si Mamadou rencontre le rappeur Snoop Dogg et d’autres stars lors de cette cérémonie à Los Angeles, aucune ne lui a offert maison, voiture et gros chèques, contrairement à ce qu’affirment les réseaux sociaux qui voient en Rihanna, Beyoncé et Jay Z ses bienfaiteurs. Son père n’a pas, non plus, emménagé dans une luxueuse villa.

« Il est aidé par des proches qui le soutenaient déjà avant et d’autres gens solidaires, notamment deux personnes âgées de Corse. Mais il ne fait jamais d’appels aux dons », précise Djeneba Keita, qui bataille contre les usurpateurs qui créent des comptes à son nom pour demander de quoi financer diverses causes fictives.

« Etre dans les règles et travailler »

Quant aux sollicitations publiques, c’est « Djeneba et mon ami Mams qui s’occupent de moi ». « On gère, on veille à ce qu’il se repose, confirme l’adjointe au maire. La priorité, ce n’est pas la lumière, les films et les livres mais de construire sa vie et son métier. Etre prêt pour les pompiers. » L’intéressé acquiesce. Son ambition, c’est « d’être dans les règles et de travailler pour gagner ma vie avec dignité ».