Malawi : Une cheffe de district annule plus de 3000 mariages d’enfants et renvoie les jeunes filles à l’école

Que ce soit par faute de moyens ou encore pour des raisons culturelles, de nombreux enfants sont encore mariés de force dans de nombreux pays du monde. Consciente du mal que cela fait aux enfants, Theresa Kachindamoto a oeuvré, dès son arrivée au pouvoir dans un district du Malawi, pour mettre fin à cette pratique, annuler les mariages d’enfants qui avaient eu lieu précédemment et renvoyer ces derniers à l’école.

article par  Laurence Oiknine publié sur le site santeplusmag.com le 03 01 2021

iheartintelligence

Plus jeune enfant de sa famille, Theresa Kachindamoto n’avait jamais pensé à devenir chef
Lorsqu’elle a été désignée il y a 16 ans comme chef traditionnel du district de Dedza, au Malawi, Theresa Kachindamoto dit être tombée des nues et avoir demandé : “Pourquoi ? Pourquoi moi ? Je suis une femme, et vous dites qu’une femme ne peut pas être chef. Alors pourquoi maintenant ?” Elle venait d’un autre village et avait plusieurs frères et soeurs plus âgés qu’elle, mais elle avait été choisie pour sa bonté : “Ils m’ont répondu : on vous a choisie parce que vous êtes bienveillante envers les gens, alors nous voulons que vous deveniez leur chef”.

Dès son arrivée au pouvoir, elle a lutté pour mettre fin aux mariages d’enfants
Theresa Kachindamoto a raconté que la première chose qui l’avait frappée en arrivant dans son nouveau district était le nombre de filles de 12, 13, 14 ou 15 ans qui étaient mariées et avaient déjà deux enfants : “J’ai dit non, c’est trop ! Je dois faire quelque chose !”.

Dans ce sens, la chef du district au grand coeur a tout fait, dès son élection, pour que plus aucun mariage d’enfants ne soit pratiqué dans sa communauté. Elle a ainsi utilisé son pouvoir non seulement pour interdire ces mariages, mais aussi pour annuler plus 3000 mariages d’enfants qui avaient eu lieu avant son arrivée au pouvoir.

Elle a renvoyé ces enfants à l’école et interdit les pratiques portant atteinte à leur enfance
Theresa Kachindamoto a renvoyé tous les enfants précédemment mariés à l’école afin qu’ils puissent recevoir l’éducation dont ils avaient été privés, et a interdit le “kusasa fumbi”, qui était une pratique consistant à envoyer des jeunes filles, dès l’âge de 7 ans, dans des camps afin de les initier aux actes sexuels pour qu’elles puissent satisfaire leurs maris potentiels.

Elle a également lutté contre les chefs qui autorisaient le mariage des enfants
Theresa Kachindamoto a menacé de renvoyer tout chef qui autoriserait ces pratiques, et l’a fait dans le cas de 4 chefs qui étaient à la tête de zones où les mariages d’enfants étaient monnaie courante. Cela lui a valu de recevoir des menaces de mort mais cela ne l’a tout de même pas arrêtée : “Je m’en fiche, ça ne me pose pas de problème. J’ai dit qu’on pouvait discuter, mais que ces filles allaient retourner à l’école”.