Manifeste des étudiants de la Faculté de Médecine Paris Descartes contre le Front National

En réponse à la photographie  “Contre l’invasion métèque” , prise en février 1935 durant un mouvement de grève pour “protester contre « l’envahissement de la profession médicale » par les immigrés étrangers”, des étudiants de la faculté Paris Descartes ont souhaité répondre à leurs aînés. Voici leur message au Front National.

Manifeste des étudiants de la Faculté de Médecine Paris Descartes contre le Front National

En 1935 se tenait devant notre faculté une manifestation maurrassienne indigne « contre l’invasion métèque ». Entretemps, les guerres et leurs atrocités. Depuis, la survivance de l’Action Française, la percée du Front National, les mêmes discours, et la constante volonté de se dédouaner de cet héritage qui est pourtant le leur.

Étudiants en médecine de 2017, face à la menace du Front National, nous souhaitons publiquement afficher notre opposition totale à ces idées.

Nous ne laisserons pas à nos descendants l’image qui nous aura été léguée en 1935 et nous combattons un parti dont les idées et les valeurs entrent en conflit avec le Serment d’Hippocrate que nous aspirons tous à prêter à la fin de nos études.

  • Le Front National, c’est supprimer l’Aide Médicale d’État, qui nous permet de soigner des étrangers en situation précaire. Une mesure comptant pour 0,2% du budget de la Sécurité Sociale, toujours plus d’actualité dans un monde soumis à d’importants flux migratoires de populations souvent dans un état de santé préoccupant.
  • Le Front National, c’est réserver une politique nataliste aux seules familles françaises, quand toute femme doit pouvoir accéder à un accompagnement de sa grossesse et de ses enfants selon les meilleures données de la science, qui font qu’aujourd’hui la France se situe parmi les pays les plus sûrs du monde en termes de mortalité maternelle et infantile.
  • Le Front National, c’est la menace perpétuelle du déremboursement de l’IVG, quand les avortements clandestins tuent une femme toutes les 9 minutes dans le monde encore aujourd’hui.
  • Le Front National, c’est la remise en cause de besoins fondamentaux des enfants par l’interdiction ou la suppression des aides à la cantine d’enfants de chômeurs.
  • Le Front National, c’est l’instrumentalisation de l’épidémie du VIH, depuis l’utilisation du vocable de « sidaïque », la suppression de subventions à l’association AIDES, l’opposition à la distribution de préservatifs, voire la négation même du SIDA en 2015 ou l’opposition aux récentes campagnes de prévention de 2016.
  • Le Front National, c’est la remise en cause des droits et protections des homosexuels, population fragile dont le risque de suicide est multiplié par plus de dix, et dont le risque de contracter une infection sexuellement transmissible est en augmentation.
  • Le Front National, c’est l’opposition aux interventions de réduction des risques pour les usagers de drogues injectables, autre population précaire en proie à des risques infectieux, toxicologiques et sociaux.
  • Le Front National, c’est la sortie d’une Europe qui nous permet d’étudier, d’échanger, et de monter des programmes de recherche scientifique à une échelle assurant la qualité de la science et le maintien de notre niveau académique face aux Etats-Unis d’Amérique.
  • Le Front National, c’est abroger les dispositions de la loi Fioraso qui permettent à la communauté des étudiants et chercheurs de partager et d’apprendre à partager efficacement leurs travaux dans un monde où l’ensemble des résultats de la recherche biomédicale sont communiqués en anglais.
  • Le Front National, c’est relever le numerus clausus d’accès aux études de santé sans s’assurer des capacités de formation nécessaires quand nos terrains de stages sont déjà surpeuplés. La qualité de la médecine française repose sur un apprentissage au lit du malade qui ne saurait être sacrifié à des arguments électoraux.

Le Front National déshonore et méprise la Médecine, la Science et la France.