La violence contre les femmes est “ une pandémie ”, prévient l’envoyée de l’ONU

Dix ans après le lancement de la convention d’Istanbul, le traité historique des droits humains visant à mettre fin à la violence contre les femmes, les femmes sont confrontées à une attaque mondiale contre leurs droits et leur sécurité, selon des militants.

article par Sarah Johnson et Ruth Michaelson publié sur le site theguardian.com le 13 05 2021

Cette semaine a marqué le dixième anniversaire de la signature de la convention par les 13 premiers pays, considérée comme un tournant dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes.
Pourtant, bien que 46 pays aient signé le traité, le monde a été saisi par une pandémie de violence à l’égard des femmes, exacerbée et révélée par le Covid-19, selon un envoyé de l’ONU.

“La pandémie de Covid a révélé ce qui se passait auparavant”, a déclaré Dubravka Šimonović, rapporteur spécial des Nations unies sur la violence à l’égard des femmes. Elle a déclaré qu’à travers le monde, il y avait eu une forte augmentation des appels aux lignes d’assistance téléphonique pour la violence domestique, des rapports de femmes disparues ou tuées, et un manque de lieux sûrs pour ceux qui fuient les abus.

Nous avons une pandémie de violence à l’égard des femmes qui n’a pas été traitée correctement dans un très grand nombre d’États“, a-t-elle déclaré.

L’augmentation de la violence à l’égard des femmes et des filles s’est traduite par une réaction politique contre la convention, premier cadre international juridiquement contraignant visant à prévenir la violence domestique, à protéger les survivants et à promouvoir l’égalité.

En mars, sous le coup d’une large condamnation nationale et internationale, la Turquie, berceau de la convention, a annoncé qu’elle se retirerait du traité à partir de juillet.

Le retrait de la Turquie de la convention a couronné des années d’escalade de la rhétorique anti-féministe, anti-femmes et anti-LGBTQ+ de ses politiciens, y compris le président, Recep Tayyip Erdoğan.

Erdoğan a déclaré publiquement et à plusieurs reprises qu’il ne croit pas en l’égalité entre les hommes et les femmes et son gouvernement a de plus en plus lié la sécurité des femmes au fait de rester à la maison avec leur famille et d’avoir plus d’enfants. “Nous avons perdu un filet de sécurité”, a déclaré Elif Ege, de l’organisation de refuge pour femmes Mor Çati à Istanbul. “La convention d’Istanbul n’a pas du tout été mise en œuvre correctement au fil des ans… mais cela ne signifie pas qu’elle était totalement inefficace ; elle était un outil important entre les mains des organisations féministes.

En Ukraine, il y a eu une forte opposition à la signature et à la ratification de la convention de la part de groupes religieux qui la perçoivent comme une menace pour les “valeurs familiales”.

Des femmes manifestent devant le Palais national à Mexico lors de la Journée internationale de la femme avec des pancartes indiquant les noms des victimes de fémicides. Dix femmes meurent chaque jour au Mexique des suites de violences sexistes. Photo : Mahe Elipe/Reuters

Halyna Fedkovych et Marta Chumalo, de Women’s Perspectives, une organisation ukrainienne de défense des droits des femmes, ont déclaré qu’elles avaient reçu deux fois plus d’appels à l’aide et que les femmes étaient confrontées à des obstacles croissants pour accéder à la justice. Elles citent le cas récent d’une femme battue par son mari alors qu’elle était enceinte de 15 semaines. Lorsque les services sociaux sont arrivés, ils l’ont réprimandée et traitée de mauvaise mère parce que le sol était sale.

Miroslava Bobáková, codirectrice du Fonds pour les femmes slovaques et tchèques, a déclaré qu’en Slovaquie, qui a également signé le traité, la convention est de plus en plus considérée comme “une essence du mal“. La situation dans le pays est particulièrement grave pour les mères célibataires, les femmes vivant dans la pauvreté et celles issues de la communauté rom.

Au Mexique, 10 femmes sont tuées chaque jour en raison de leur sexe. Au Pérou, entre mars et juillet 2020, on a recensé 11 000 cas de violence à l’égard des femmes, selon le ministère des femmes, dont près de 30 % des agressées avaient moins de 18 ans.

En Égypte, qui n’a jamais signé la convention d’Istanbul, les tentatives de faire taire les militantes féministes pour violation des soi-disant valeurs familiales se multiplient.

L’absence de sphère publique pour discuter des choses entraîne la violence“, a déclaré Mozn Hassan, de l’organisation de défense des droits des femmes Nazra. Mme Hassan et son organisation font l’objet de harcèlements répétés de la part de l’État.

Pourtant, les militants et les groupes de défense des droits des femmes ont insisté sur le fait que la convention d’Istanbul reste une arme puissante dans la lutte contre la violence sexiste.

“Malgré les repoussoirs, nous constatons des améliorations”, a déclaré Šimonović. “Avant même la ratification, les 34 États qui ont signé [la convention] ont dû mettre en œuvre de nouvelles lois pour protéger les femmes.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)