7 raisons d’enfin se rendre à la Fête des Voisins

On peut avoir raison tout le temps contre une personne, mais jamais contre une telle armée de Moutons, fussent-ils non plus de Panurge, mais Moutons de Périfan. Tout comme un mensonge répété mille fois finira par passer pour vérité, un méfait qu’on applique à tous finit par devenir bénédiction. Je ne sais si Atanase (ça commence comme Attila, ça finit comme « gros naze », c’est presque un aveu !) se découvrira un jour un destin politique. Mais il a plus fait pour l’uniformisation de l’Europe qu’une armada de technocrates et de commissaires chargés au Yo-Boa.

6. Parce qu’un bon voisin vous prêtera sa perceuse

Fete des voisins

Ne dites pas non, vous associiez jusqu’ici l’idée de voisinage à celle d’un cauchemar permanent, peuplé de mauvais coucheurs, de clébards hurleurs, de fils de voisins rappeurs, de voisine du dessus névrosée passant l’aspirateur à six du mat’ en talons aiguille, et de fêtards apocalyptiques qui font tourner les serviettes comme des petites girouettes. Mais, aujourd’hui, le voisin se porte aussi comme tout le reste : éthique ! Responsable ! Solidaire ! Citoyen ! Alternatif ! Durable !

Les sites pullulent : Voisins-solidaires.frAllo-voisins.com… Nous n’avons pas encore trouvé allo-voisins-echangistes.net, mais sur certains sites spécialisés, la rubrique existe déjà. Le voisin moderne te prête sa perceuse ou te loue sa femme, ou plutôt l’inverse, et se sent concerné par le coût carbone de la soirée festive qui se tiendra ce vendredi 19. Parce qu’il vous aura vu reprendre une part de cake aux olives (lire point 4) qu’il n’aura donc pas à finir le lendemain, la prochaine fois, il vous tiendra peut-être la porte de l’ascenseur au lieu de la refermer fissa comme s’il ne vous avait pas vu arriver. La convivialité, c’est comme tout, il faut savoir y mettre le prix.

7. Parce que 2017 approche, pas le moment de se faire balancer par un corbeau.

Fête des voisins

« Les Braves gens n’aiment pas que, l’on suive un autre route qu’eux. » De tous les vers de Brassens, c’est l’un des plus définitifs, des plus éternels, des plus indémodables. Les Braves gens ne comprennent pas que vous puissiez désirer rester chez vous, quand tous les autres se retrouvent dans le hall de l’immeuble encerclant trois tables recouvertes d’une toile cirée ou d’un papier crépon. Les Braves gens n’entendront jamais que vous regardiez cette « convivialité » d’un œil suspect, ou que vous haïssiez cette injonction du « Vivre Ensemble », qui n’est qu’une épouvantable ineptie.Vu que ce qu’il faudrait, c’est ETRE ensemble, EXISTER, et non se SUPPORTER, faute de mieux, mais on ne nous demande pas notre avis. Or si le Brave Gens n’aime pas que, il s’apprête aussi à voter l’an prochain pour on ne sait trop qui. Et en ces temps incertains, on évitera de se faire remarquer par une absence trop visible. Allez donc savoir qui sera aux commandes du Ministère de la Proximité et du Vivre Ensemble à Tout Prix ? Déjà que l’actuel gouvernement a ouvert un site de « signalement » qui incite vaguement à la délation… Rentrez dans le rang, qu’on ne voie qu’une tête. Et que vive la Fête !