Un député LFI utilise la langue des signes à l’Assemblée pour se faire entendre

Loïc Prud’homme, élu France insoumise de Gironde, a innové pour dénoncer l’exclusion des personnes sourdes et malentendantes des services publics. initiative solidaire

article publié sur le site francetvinfo.fr, le 29 05 2019

“Que fait votre gouvernement, que fait la République pour l’insertion des citoyens sourds ?” Pour alerter sur le situation des personnes malentendantes, le député LFI de Gironde Loïc Prud’homme a utilisé la langue des signes française (LSF) dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, mardi 28 mai.

“Depuis 15 ans, depuis la loi de 2005, rien ne se passe”, a-t-il signé avant de reprendre le micro et de s’exprimer à l’oral. “Je m’excuse auprès de nos 400 000 citoyens et citoyennes qui signent pour l’imperfection de ma maîtrise de la langue des signes. Pour autant, j’ai fait en quelques jours plus d’efforts que votre gouvernement depuis deux ans”, a-t-il accusé.

“C’est la première fois qu’un député signe dans l’hémicycle”

“Ces citoyens sont exclus des services publics, que ce soit dans les mairies ou les hôpitaux (…). Il y est plus facile d’être un touriste anglophone qu’un citoyen français sourd”, a-t-il lancé à Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées.

Loïc Prud’homme@PrudhommeLoic
“C’est la première fois qu’un député utilise la langue des signes dans l’hémicycle”, s’est félicité sur Twitter la Fédération nationale des sourds de France (FNSF).

FNSF@FNSF

La Fédération Nationale des Sourds de France est reconnaissante envers le député @PrudhommeLoic a qui a parfaitement porté notre voix.