« Ne l’oubliez pas », mini série de podcasts avec de rares survivantes de la Shoah

En 2020, lors de la commémoration des 75 ans de la libération du camp d’Auschwitz, il y a ce sondage qui a circulé: 16 % des Français disaient n’avoir jamais entendu parler de la Shoah, et 25% des Français de moins de 38 ans. De cette entreprise d’extermination systématique, menée par l’Allemagne nazie entre 1939 et 1945, qui a conduit à la disparition de six millions de Juifs, il ne reste plus, en France, que deux ou trois centaines de témoins. « Ne l’oubliez pas »
série de podcast écrite et enregistrée par Elisa Azogui diffusée sur le site louiemedia.com 

Ne L’oubliez pas s’interroge sur ce qu’il reste de leur parole et ce qui doit encore être transmis. Dans cette mini-série Fracas, vous découvrirez les témoignages de quatre survivantes de la Shoah, au micro d’Elisa Azogui-Burlac. Dans ce premier épisode, vous entendrez celui de Ginette Kolinka, déportée à Auschwitz-Birkenau en avril 1944 depuis Avignon, à l’âge de 19 ans.

GINETTE KOLINKA
Ginette Kolinka, née Cherkasky en 1925 à Paris, a été déportée à Auschwitz-Birkenau en avril 1944 depuis Avignon, à l’âge de 19 ans. Son récit, connu du grand public grâce à son livre “Retour à Birkenau”, ed. Grasset, retrace celui d’une jeune fille française qui aborde la guerre de manière presque naïve avant de découvrir l’horreur des camps d’extermination. Ce n’est que très tard qu’elle commence à témoigner dans les écoles et lors de voyages de la mémoire en Pologne. Un portrait puissant et sans pathos qui questionne ce qui fait de nous des êtres humains.

A venir, les récits de Clara Fischer, née à Paris en 1928, d’Evelyn Askolovitch  née à Amsterdam en 1938 et de Esther Senot, seule à Paris à 14 ans après la grande rafle de 1942

Cette mini-série de Fracas, Ne L’oubliez pas, a été écrite et enregistrée par Elisa Azogui, montée et réalisée par Hannah Taïeb. Louise Hemmerlé était à l’édition et à la coordination. C’est une coproduction Louie Media et Pardi Productions. La musique est de Valentin Fayaud. Nous remercions la Fondation pour la mémoire de la Shoah et la Fondation Rothschild pour leur soutien dans la production de cette série.