Nas dénonce le racisme dans une lettre ouverte

Nas a un message pour la jeunesse. Le rappeur a publié cette semaine une lettre ouverte adressée aux Américains sur le site Mass Appeal, et dans laquelle il dénonce le racisme en Amérique. « Le seul moyen de tirer un peu son épingle du jeu en Amérique, c’est d’adopter la position d’O.J. Simpson : “Je ne suis pas Noir, je suis O.J.” », explique-t-il, avant de revenir sur le drame du Piedmont Park d’Atlanta, où un homme afroaméricain de 22 ans avait été retrouvé pendu à un arbre l’été dernier.

 

La police a classé son décès dans les suicides, mais de nombreux détails, comme la présence du Ku Klux Klan sur les lieux au même moment, a interpellé l’opinion publique. « Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, il y a des suicides. Des Noirs souffrent de maladies mentales tout comme les Blancs souffrent de maladies mentales, sauf que les Blancs qui souffrent de maladies mentales et ont des interactions avec la police, ils finissent en vie, écrit-il. Les Noirs, on se fait tuer. »

Donald Trump en prend pour son grade

Au passage, le rappeur de 43 ans ne s’est pas privé d’étriller Donald Trump, qu’il n’a jamais caché ne pas porter dans son cœur. « On sait tous qu’un raciste est président, assène-t-il. Les gens peuvent dire leur me*de. Les comédiens peuvent dire leurs trucs racistes. Les gens peuvent s’en tirer de ces moments-là, mais quand tu as la responsabilité d’être le président et que tu continues, tu envoies un message fort aux personnes extérieures à ton groupe, en leur disant qu’ils ne valent que de la mer*e. »

 

Malgré tout, Nas a préféré clôturer son message par une note d’espoir. « Obama a changé les règles. Maintenant, qu’on soit une femme, Latino, ou qu’importe, on peut se présenter à la présidence. Gagner l’élection peut être quelque chose de réel pour quelqu’un dans ce pays, si c’est ce que cette personne veut », écrit-il ainsi.

Il a ensuite évoqué son propre parcours afin d’encourager la jeunesse. « Gamin, je voulais à un moment étudier le cinéma. Le cinéma, ou la musique, a écrit Nas. (…) Si j’ai pu faire ça, aujourd’hui, on peut en sauver davantage, conclut-il. Surtout à notre époque avec toutes les ressources en notre possession, toutes les informations relatives à notre société du savoir, et peu importe que Trump soit en poste ou non. Je n’ai pas le temps de me plaindre. J’ai le temps d’agir. A chaque fois que je m’exprime, j’agis. »