Libération /Tribune : Nous, musulmans laïques…

Il y a là une confusion des catégories politiques. Le CCIF a évidemment le droit de s’exprimer. Mais on ne doit pas se tromper sur ses idées religieuses et politiques. Sur un arc droite-gauche, l’intégrisme des Frères musulmans se situe à l’extrême droite. Il fait pendant à Sens commun, voire à la Fraternité Saint-Pie-X de Saint-Nicolas-du-Chardonnet. Même dogmatisme religieux, même obsession des rituels autoritaires et même antiféminisme camouflé. Nous enfermer dans cet islam-là, c’est creuser nos tombes. Car, comme à chaque fois que les islamistes règnent sur un mètre carré de la surface du monde, ce sont nos libertés et notre pluralisme qui sont anéantis.

On veut que les musulmans rallient des faux porte-parole, sous le prétexte qu’ils sont de la même religion. Auriez-vous eu idée d’exiger des Bretons de voter FN sous prétexte que Jean-Marie Le Pen est né à La Trinité-sur-Mer ? Car c’est bien ce cheminement identitaire idiot qui nous est demandé. Suivre des islamistes érigés en représentants des musulmans de France, comme les Le Pen se présentent en seuls défenseurs de l’identité française.

Mieux : on en vient à considérer que des musulmans qui combattent l’islam politique seraient des «faux musulmans» qui font le jeu des racistes. On abuse d’un procédé oblique consistant à mettre sur le même plan nos critiques légitimes de l’islamisme et la fachosphère qui accable les musulmans en général. L’aide de ces journalistes, parfois sincères n’en doutons pas, permet à des organisations fascisantes au visage présentable de faire taire l’antiracisme et le féminisme, tout en s’en réclamant à l’occasion.

Ce sont les mêmes activistes qui tentent de redéfinir l’antiracisme et le féminisme sur une base racialiste, les mêmes qui interdisent aux «Blancs» l’accès à leurs réunions, dans un séparatisme qu’on jugerait insupportable s’il émanait de n’importe quelle autre organisation. Ils brandissent ce concept idiot de «féminisme blanc». Devrions-nous exclure de nos références Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, Simone Veil, parce que trop blanches ? Scandaleuses foutaises !

Mon parcours est jalonné de luttes antiracistes et pour l’émancipation des jeunes générations, de luttes sans concession contre l’extrême droite. Il m’oblige à prévenir ceux qui se fourvoient en toute sincérité qu’ils commettent une terrible erreur devant l’Histoire. Ce n’est pas combattre l’extrême droite que de favoriser les intégristes musulmans, ni lutter contre l’intolérance que de revendiquer l’abrogation des lois qui proscrivent les signes religieux à l’école, qui interdisent de circuler le visage caché sur la voie publique. Ce sont des lois républicaines qui protègent. La moindre des compétences que l’on est en droit d’attendre d’un journaliste travaillant sur les questions de racisme, de religion et de vivre-ensemble, c’est de savoir reconnaître l’extrême droite, quel qu’en soit le visage. N’essayez pas de faire passer l’islamisme pour une force de progrès, vous vous livreriez à un jeu mortifère. Pour nous, musulmans laïques, il ne s’agit pas d’un jeu. Il s’agit de nos vies et de nos libertés.