Incendie de Lesbos: Berlin demande aux pays de l’UE d’accueillir des migrants

Un incendie ravage depuis le petit matin le plus grand camp de réfugiés de Grèce. Une opération de sauvetage d’envergure est en cours, ont annoncé les pompiers grecs, qui précisent que le camp a «brûlé à 99%» et que «le feu continue». Le porte -parole du gouvernement grec, Stelios Petsas, a déclaré sur la chaîne de télévision publique ERT, que «l’île de Lesbos est en état d’urgence».

 reportage de l’AFP publié sur le site lefigaro.f  le 09 09 2020

Quatre fois sa capacité d’accueil
Des milliers de migrants se sont retrouvés mercredi sans abri après un énorme incendie qui a ravagé au petit matin Moria, le plus grand camp de réfugiés de Grèce, où ils s’entassaient. Le camp héberge près de 12.700 demandeurs d’asile, quatre fois sa capacité d’accueil. La situation du camp de Moria illustre l’échec des Européens depuis des années à se mettre d’accord sur une réforme de leur politique migratoire.

Le camp de «Moria brûle, et avec lui les valeurs européennes que nous prétendons défendre», a déploré l’eurodéputé vert Philippe Lamberts. L’exécutif européen coordonne par ailleurs depuis plusieurs mois un programme de relocalisation vers une dizaine de pays de l’UE de quelque 2.000 mineurs non accompagnés arrivés dans les camps.

Jusqu’à présent, seules quelque 640 personnes (enfants, adolescents et familles d’enfants malades) ont été relocalisées dans sept pays (Belgique, France, Luxembourg, Allemagne, Irlande, Portugal, Finlande).de réfugiés grecs.

L’UE promet de l’aide
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a fait part de sa «profonde tristesse» face à l’incendie qui a ravagé le camp de réfugiés de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, ajoutant que l’UE se tenait «prête à aider».

Plus tôt dans la matinée, la commissaire européenne aux affaires intérieures Ylva Johansson avait annoncé que l’UE finançait le transfert et l’hébergement en Grèce continentale de quelque 400 enfants et adolescents du camp de Moria. Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, avait quant à lui affirmé: «Nous devons au plus vite déterminer comment nous pouvons soutenir la Grèce» et parmi ces aides, «figure une répartition entre pays de l’UE prêts à accueillir (des migrants)».

La Commission européenne doit présenter le 30 septembre sa proposition, plusieurs fois repoussée, de «nouveau Pacte sur la migration et l’asile».