Hervé Le Bras: “La ruée migratoire vers l’Europe, c’est un grand fantasme”

Hervé Le Bras est démographe, spécialiste des migrations. Chercheur émérite à l’Institut national d’études démographiques (INED) et historien à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), il est l’auteur d’une œuvre abondante, dont récemment L’Âge des migrations et Malaise dans l’identité. Aussi soucieux de la rigueur des chiffres que de l’attention aux réalités du terrain, il n’a pas de peine à démonter les théories en vogue : ” appel d’air “, ” ruée vers l’Europe “, ” bombe démographique ” et autre ” grand remplacement “.

interview par Etienne Bastin publiée sur le site belge lecho.be, le 27 04 2019

Où en est le niveau d’immigration dans nos pays? Vous parlez d’un “roman migratoire”…
Nous sommes revenus aux niveaux d’avant la crise syrienne. On observe les mêmes tendances depuis toujours: le taux d’immigration fluctue avec la conjoncture économique des pays de destination. Le problème est que depuis plusieurs années, les politiques migratoires se basent non pas sur les chiffres réels mais sur la perception que la population se fait du phénomène. C’est comme la météo qui distingue température réelle et ressentie. Mais l’eau ne gèle qu’à une température réelle de zéro degré!

L’immigration est un domaine où les fake news prospèrent depuis longtemps.

Les chiffres ne sont pas pris en compte par les politiques. La peur de “l’appel d’air” en est un bel exemple: on n’a jamais rien observé de tel, même après de fortes régularisations. Lors d’un débat qui m’opposait à Marine le Pen, à qui je répondais tranquillement, elle a fini par me lancer: “Monsieur Le Bras, on en a marre de vos statistiques!” L’immigration est un domaine où les fake news prospèrent depuis longtemps.

À l’échelle mondiale, quelles sont les tendances des flux migratoires?
En Amérique Latine, il y a actuellement des crises au Honduras et au Venezuela, qui génèrent des déplacements. Le Chili est de plus en plus impacté par une migration venant de Haïti mais aussi, entre autres, du Pérou, car le nord du Chili, minier et riche, a besoin de main d’œuvre.

Mais désormais, entre le Mexique et les États-Unis, l’immigration est mûre, c’est-à-dire qu’il y a équilibre entre les entrées et les sorties, comme d’ailleurs entre la Turquie et l’Allemagne. Les Chinois, eux, n’émigrent pas. Leur tradition est celle des comptoirs commerciaux et ils ont plutôt une diaspora très importante.

Pour l’Afrique, on ne dit jamais que près de 90% des migrations se font entre pays africains. Certaines d’entre elles sont tout à fait traditionnelles. Par exemple, entre la Mauritanie et le Sénégal. L’ensemble de l’Afrique est coutumière des migrations internes. Le gros des migrations pour l’Afrique noire, c’est plutôt des réfugiés, sur peu de distance: 500.000 Somaliens au Kenya, 500.000 du Darfour à l’Est du Tchad. La migration économique se dirige vers l’Afrique du Sud, en provenance notamment du Nigeria et beaucoup de République démocratique du Congo. À Johannesburg, il y a des quartiers congolais! Le gros des migrations africaines, ce n’est donc pas vers l’Europe.