Du « moon hoax » aux Illuminati : les raisons du succès des théories du complot

Cinquante ans après la spectaculaire réussite de la mission Apollo XI, 9 % des Français pensent que les Américains ne sont en réalité jamais allés sur la lune(« moon hoax ») et que la NASA a fabriqué de fausses images de l’opération. Le gouvernement américain aurait donc fait croire à l’existence et au succès de cette mission spatiale, probablement dans le but d’impressionner son rival soviétique.

article du sociologue Laurent Cordonier, publié sur le site theconversation.com le 17 07 2019

Cette théorie d’un « complot lunaire », ou moon hoax, prend forme aux États-Unis durant la première moitié des années 1970, en plein contexte de défiance grandissante de la population américaine à l’égard de son gouvernement (guerre du Vietnam, Watergate…).

Au début des années 2000, le développement d’Internet relance le moon hoax. Des internautes se mettent à analyser des milliers d’images de l’événement, dans l’espoir de détecter ce qui pourrait constituer une anomalie prouvant la supercherie. D’autres cherchent et compilent des arguments contestant la faisabilité technique de l’opération, allant jusqu’à distordre des connaissances scientifiques pour affirmer qu’il est impossible pour des humains d’atteindre la lune.

Le moon hoax, comme toute théorie du complot, repose ainsi sur une accumulation d’arguments hétérogènes plus ou moins baroques, qui peuvent d’ailleurs fort bien se contredire entre eux sans que cela ne pose problème. Un tel « mille-feuille argumentatif », comme le nomme le sociologue Gérald Bronner, a pour seul objectif d’instiller le doute quant à la version « officielle » d’un événement donné.

Simplifier le réel à outrance

L’existence de récits conspirationnistes en tout genre ne constitue pas une nouveauté historique. Cependant, ces théories rencontrent aujourd’hui un écho public inédit. Comment expliquer que des citoyens éduqués et informés puissent adhérer dans des proportions surprenantesà des théories soutenant, par exemple, que nos dirigeants politiques complotent avec des extraterrestres au détriment du reste de l’humanité, ou qu’ils nous mentent sur le fait que nous soyons allés sur la lune ?

Bien entendu, toutes les théories du complot ne paraissent pas, de prime abord, aussi farfelues que ces deux exemples. Il n’en demeure pas moins que les récits conspirationnistes consistent toujours en une simplification à outrance des logiques régissant le fonctionnement de nos sociétés et l’enchaînement des faits historiques.


À lire aussi : Les « gilets jaunes » au risque du complotisme


Les promoteurs des théories du complot expliquent en effet les phénomènes sur lesquels ils se penchent de manière manichéenne et monocausale – ce qui a pour effet de susciter un sentiment de dévoilement d’une réalité inquiétante mais univoque qui nous aurait été cachée.