“Des Territoires Aux Grandes Écoles”, l’association qui facilite l’accès aux études supérieures

Cet été, dans le cadre de l’opération La France Des Solutions initiée par l’association Reporters d’Espoir, Gentside vous propose de découvrir une nouvelle initiative positive. Cette semaine, focus sur l’association Des Territoires Aux Grandes Ecoles, qui encourage les lycéens des zones rurales à oser candidater dans l’enseignement supérieur.

article par Benjamin Gentil  publié sur le site gentside.com, publié le 04 08 2020 

” Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles”.
Non, nous n’avons pas interviewé Sénèque, mais un de ses disciples, Bixente Etcheçaharreta. Fondateur de l’association Des Territoires Aux Grandes Ecoles avec plusieurs amis, le Basque mesure le chemin parcouru par ce projet ambitieux visant à ouvrir les écoles supérieures aux étudiants des zones rurales.

Recréer du lien entre les étudiants et leur région

Alors qu’ils n’étaient pas prédestinés à suivre des cursus dans de Grandes Ecoles, Bixente et ses amis bacheliers de St-Jean-Pied-De-Port ont pourtant fréquenté des établissements tels que Sciences Po, l’Essec ou encore l’ENSTA ParisTech.

Nous étions les seuls dans notre famille à faire des études supérieures. Nous avions alors le sentiment d’avoir de la chance dans notre parcours, mais surtout que peu de jeunes osaient faire ces cursus alors qu’ils en avaient les capacités.

Très attachés à leur région, les jeunes étudiants se sentent alors loin de leur territoire et développent une envie “d’être utiles”. Leur constat : un retard statistique inquiétant dans l’accès à l’enseignement supérieur.

“D’un côté, on parlait alors d’égalité des chances en zones urbaines, mais pas dans les « territoires ». Et de l’autre, rien n’était fait pour que la jeunesse qui faisait des études puisse continuer à nourrir un lien avec sa région d’origine car elle restait dans les grandes villes. Il manquait alors un d’effet d’entrainement pour restituer leur parcours.”

Du constat à l’action

À la sortie d’école, les jeunes actifs identifient alors plusieurs pistes :

    • Fédérer les étudiants et les jeunes actifs pour intervenir dans les lycées des territoires et partager l’information sur les cursus possibles
    • Inciter les jeunes à oser davantage pour casser l’autocensure”
      “Il existe des complexes du rural vis-à-vis de l’urbain qui ne sont pas légitimes. Nous avons alors réfléchi sur la façon de resserrer les liens entre les diplômes des écoles et les entrepreneurs locaux (visites d’entreprises locales, rencontres de l’histoires du territoire, histoires inspirantes…) pour faire surgir des envies d’entreprendre et montrer que dans les territoires on peut être à la pointe sur de l’innovation.”

En 213 naît l’association « Du Pays Basque aux grandes écoles ». Bixente et ses amis pensait alors répondre à une problématique très localisée avec des particularités basques (volonté des étudiants de rester dans une région où ils se sentent bien, de parler basque) mais avec un impact fort sur l’économie locale. Mais ils se rendent rapidement compte que ce problème touche d’autres régions.