Contre Zemmour

Eric Zemmour a fait sa rentrée, tout le monde a pu le constater. À chaque fois un peu plus, il se radicalise.

billet publié sur le site de la Licra, le 20 09 2018

S’adressant à l’animatrice Hapsatou Sy, il a déclaré dans l’émission de Thierry Ardisson « Salut les Terriens » : «Votre mère a eu tort de vous appeler ainsi. Elle aurait dû prendre un prénom du calendrier et vous appeler Corinne par exemple, ça vous irait très bien.». Cette dernière a également rendu public un extrait coupé au montage dans lequel Eric Zemmour poursuivait ainsi : «C’est votre prénom qui est une insulte à la France. La France n’est pas une terre vierge. C’est une terre avec une histoire, avec un passé. Et les prénoms incarnent l’histoire de la France.».

La question des prénoms est une vieille antienne qui hante les livres, les aigreurs et les articles d’Eric Zemmour et il fait déjà fait le coup il y a un an dans des termes quasi identiques réclamant des « prénoms chrétiens » pour tout le monde.

Face à de tels propos, nous avons une responsabilité : combattre l’idéologie véhiculée par Eric Zemmour et y répondre avec les arguments de la raison, de l’Histoire et de l’universalisme. Nous ne devons pas nous laisser endormir par ce discours de haine lancinant qui gagne du terrain et et forge l’opinion faute de combattants pour lui barrer la route. Il nous faut reprendre un à un les outils de la critique qui sont à notre portée et dont la société a trop souvent abandonné l’usage pour disqualifier Eric Zemmour, démontrer l’inanité de son propos, dire la dangerosité et la violence de son discours et montrer au plus grand nombre les effets délétères de cette escroquerie intellectuelle.

Combattre Zemmour, c’est tout d’abord rappeler qu’il est un « troll », qui n’existe et ne vit que par la polémique et l’intox. Ceux qui l’invitent à des émissions à des heures de grande écoute, ceux qui remplissent les vitrines des librairies avec ses livres, ceux qui chroniquent ses débordements quotidiens participent à son succès, son audience et il faut le dire, profitent avec lui cyniquement des revenus générés par sa petite entreprise réac.

Combattre Zemmour, c’est expliquer qu’il a une vision carcérale de l’identité qui vise à enfermer la France dans des racines falsifiées et une histoire instrumentalisée à des fins de propagande identitaire. La France de Zemmour n’a jamais existé, sauf dans l’esprit de ceux qui l’ont placée, un jour, au bord de l’abîme en désignant les bons et les mauvais français comme lui distribue les bons et les mauvais prénoms.