Comment la Finlande commence sa lutte contre les fake news dans les écoles primaires

Comment la Finlande commence sa lutte contre les fausses nouvelles dans les écoles primaires. Le pays en première ligne dans la guerre de l’information apprend à tout le monde, des écoliers aux hommes politiques, à repérer les informations douteuses
article par John Henley publié sur le site theguardian.com  le 20 01 2020 traduction assurée par le site DeepL

“Oui, vous pouvez commencer dès que les enfants sont très jeunes”, a déclaré Kari Kivinen. En fait, vous devriez : “Les contes de fées fonctionnent bien. Prenez le renard rusé qui trompe toujours les autres animaux avec ses paroles sournoises. Ce n’est pas une mauvaise métaphore pour un certain type d’homme politique, n’est-ce pas ?”

Alors que les démocraties du monde entier sont menacées par l’assaut apparemment inarrêtable des fausses informations, la Finlande – récemment classée comme la nation la plus résistante d’Europe aux fausses nouvelles – prend le combat suffisamment au sérieux pour l’enseigner à l’école primaire.

Dans les écoles secondaires, comme le collège public d’Helsinki dont Kivinen est le directeur, la maîtrise de l’information multi-plateforme et une forte pensée critique sont devenues une composante centrale et transversale d’un programme national qui a été introduit en 2016.

Dans les cours de mathématiques, les élèves de Kivinen apprennent à quel point il est facile de se fier aux statistiques. En art, ils voient comment la signification d’une image peut être manipulée. En histoire, ils analysent les campagnes de propagande notables, tandis que les professeurs de finnois travaillent avec eux sur les nombreuses façons dont les mots peuvent être utilisés pour confondre, tromper et induire en erreur.

“L’objectif est d’avoir des citoyens et des électeurs actifs et responsables”, a déclaré M. Kivinen. “Penser de manière critique, vérifier les faits, interpréter et évaluer toutes les informations que vous recevez, où qu’elles apparaissent, est crucial. Nous en avons fait un élément essentiel de notre enseignement, dans toutes les matières”.

Le programme d’études fait partie d’une stratégie large et unique conçue par le gouvernement finlandais après 2014, lorsque le pays a été ciblé pour la première fois par son voisin russe avec de fausses nouvelles, et que le gouvernement a réalisé qu’il était passé à l’ère de l’après-facto.

Ce programme a suffisamment bien réussi pour que la Finlande soit en tête, avec une certaine marge, d’un indice annuel mesurant la résistance aux fausses nouvelles dans 35 pays européens. Il vise à garantir que chacun, de l’élève au politicien, puisse détecter – et faire sa part pour combattre – les fausses informations.

“Cela nous concerne tous”, a déclaré Jussi Toivanen, directeur de la communication du cabinet du Premier ministre. “Elle vise l’ensemble de la société finlandaise. Il vise à éroder nos valeurs et nos normes, la confiance dans nos institutions qui maintiennent la cohésion de la société”.

La Finlande, qui a déclaré son indépendance de la Russie en 1917, est en première ligne d’une guerre de l’information en ligne qui s’est nettement accélérée depuis que Moscou a annexé la Crimée et soutenu les rebelles dans l’est de l’Ukraine il y a cinq ans, a déclaré M. Toivanen.

La plupart des campagnes, amplifiées par les sites d’information et les médias sociaux finlandais d’extrême droite, d’avant-garde et “alternatifs”, se concentrent sur l’attaque de l’UE, la mise en lumière des questions d’immigration et la tentative d’influencer le débat sur l’adhésion de la Finlande à l’OTAN.

La résistance est considérée presque comme une question de défense civile, un élément clé de la politique de sécurité globale de la Finlande. a déclaré M. Toivanen : “Nous sommes un petit pays, sans beaucoup de ressources, et nous comptons sur la contribution de chacun à la défense collective de la société”.
Le programme, piloté par un comité de haut niveau de 30 membres représentant 20 organismes différents, des ministères aux organisations sociales en passant par la police, les services de renseignement et de sécurité, a formé des milliers de fonctionnaires, de journalistes, d’enseignants et de bibliothécaires au cours des trois dernières années.

“C’est un effort de sensibilisation coordonné à grande échelle”, a déclaré Saara Jantunen, chercheur principal du ministère de la défense, détaché auprès du bureau du premier ministre. “Comme la protection contre les virus sur votre ordinateur : le gouvernement est responsable d’une certaine quantité, bien sûr, mais en fin de compte, c’est à l’individu d’installer le logiciel”.

Pour Kivinen, qui est retourné en Finlande après une carrière dans l’éducation internationale pour diriger l’école franco-finlandaise d’Helsinki et être le pionnier du programme de maîtrise de l’information dans les écoles, personne n’est trop jeune pour commencer à réfléchir à la fiabilité des informations qu’il rencontre.

“Les enfants d’aujourd’hui ne lisent pas les journaux ou ne regardent pas les journaux télévisés, qui ici sont corrects”, a-t-il déclaré. “Ils ne cherchent pas les informations, ils les trouvent par hasard sur WhatsApp, YouTube, Instagram, Snapchat … Ou plus précisément, un algorithme les sélectionne, juste pour eux. Ils doivent être capables de l’aborder de manière critique. Pas cyniquement – nous ne voulons pas qu’ils pensent que tout le monde ment – mais de manière critique.”

 

Les élèves finlandais votent pour savoir si les jeunes de 16 ans doivent avoir le droit de vote. Photo : c/o Kari Kivinen

Les fausses nouvelles, a déclaré M. Kivinen, ne sont pas un terme très approprié, surtout pour les enfants. Trois catégories distinctes sont bien plus utiles : la désinformation, ou “erreurs” ; la désinformation, ou “mensonges” et “canulars”, qui sont faux et diffusés délibérément pour tromper ; et la malinformation, ou “ragots”, qui sont peut-être corrects mais qui visent à nuire.

Il veut que ses élèves posent des questions telles que : qui a produit ces informations, et pourquoi ? Où a-t-elle été publiée ? Que dit-elle vraiment ? À qui s’adresse-t-elle ? Sur quoi se base-t-elle ? Y a-t-il des preuves ou est-ce simplement l’opinion de quelqu’un ? Est-il vérifiable ailleurs ? 

Même de très jeunes enfants peuvent le comprendre. Ils adorent être détectives. La démocratie, et les menaces qui pèsent sur elle, commencent à avoir un sens
Selon les témoignages d’une demi-douzaine d’élèves réunis dans une salle de classe avant le déjeuner, c’est une approche qui porte ses fruits. “Il faut toujours vérifier les faits. La règle numéro un : pas de Wikipédia, et toujours trois ou quatre sources différentes et fiables”, a déclaré Mathilda, 18 ans. “Nous apprenons cela essentiellement dans chaque matière.”

Lila, 16 ans, a dit qu’elle avait interrogé des politiciens locaux pour une discussion en direct sur la station de radio locale. Alexander, 17 ans, a déclaré qu’il avait beaucoup appris en concevant une campagne de fausses nouvelles. A la question de savoir pourquoi les fausses nouvelles étaient importantes, il a répondu : “Parce que vous vous retrouvez avec des chiffres erronés sur le côté d’un bus, et des électeurs qui les croient.”

Priya, 16 ans, a déclaré que l’éducation était “le meilleur moyen de lutter contre cela”. Le problème, c’est que tout le monde peut publier n’importe quoi. Un gouvernement ne peut pas faire grand-chose face à de grandes multinationales comme Google ou Facebook, et s’il en fait trop, c’est de la censure. Alors oui, l’éducation est ce qui est le plus efficace”.

Une partie de cette formation continue est également assurée par des ONG. Outre un service efficace de vérification des faits, Faktabaari (Fact Bar), lancé pour les élections européennes de 2014 et géré par une équipe de journalistes et de chercheurs bénévoles, produit des kits d’information sur l’électorat destinés aux écoles et au grand public.

“Notre objectif est essentiellement de donner aux gens leurs propres outils”, a déclaré son fondateur, Mikko Salo, membre du groupe d’experts indépendants de haut niveau de l’UE sur les fausses nouvelles. “Il s’agit d’essayer de vacciner contre les problèmes, plutôt que de dire aux gens ce qui est bien et ce qui est mal. Cela peut facilement conduire à une polarisation”.

À l’approche des élections législatives finlandaises d’avril dernier, le gouvernement est allé jusqu’à produire une campagne publicitaire alertant les électeurs sur la possibilité de fausses nouvelles, avec le slogan “La Finlande a les meilleures élections du monde. Réfléchissez au pourquoi”.

De même, Mediametka développe et travaille avec des outils d’éducation aux médias depuis l’époque plus innocente du début des années 50, lorsque ses fondateurs étaient principalement motivés par la crainte des dommages irréparables que les bandes dessinées pourraient causer à l’esprit des enfants finlandais.

Aujourd’hui, l’ONG, en partie financée par le ministère de la culture, organise des hackathons ed-tech avec des startups finlandaises inventives afin de développer du “matériel significatif” pour les écoles et les groupes de jeunes, a déclaré sa directrice exécutive, Meri Seistola.

“Nous travaillons avec des images, des vidéos, des textes, des contenus numériques ; nous demandons à nos élèves de produire les leurs ; nous leur demandons d’identifier toutes les sortes de nouvelles trompeuses”, a déclaré Mme Seistola : de la propagande au clickbait, de la satire à la théorie de la conspiration, de la pseudo-science au reportage partisan ; des histoires décrivant des événements qui ne se sont tout simplement jamais produits aux erreurs de fait involontaires.

La Finlande a une sorte d’avance sur la maîtrise de l’information, se classant régulièrement en tête ou à proximité des indices internationaux de liberté de la presse, de transparence, d’éducation et de justice sociale. Ses élèves obtiennent le meilleur score de l’UE dans le cadre de l’enquête PISA pour la lecture.

“Le niveau de confiance dans les institutions nationales, dans les médias et dans la société dans son ensemble a tendance à être plus élevé dans les pays nordiques que dans beaucoup d’autres”, a déclaré M. Salo de Faktabaari. “Mais cela signifie que nous devons vraiment être encore plus vigilants maintenant, pour nous préparer à la prochaine phase. Parce que nous avons plus à perdre”.