Aller vers les “invisibles”, faire avec plutôt que pour… 5 clés de nouvelles pratiques solidaires

Des villages de Calabre aux quartiers Nord de Marseille, nouvelles ou réinventées, les pratiques solidaires de demain s’articulent dans leur grande diversité autour de quelques grands axes. Aller vers les « invisibles » ; faire avec plutôt que pour ; construire des solutions à l’échelle d’un territoire ; cultiver la pair-aidance et développer des solutions en écosystème plutôt qu’en silos nous semblent être les principales clés à retenir. Cet article d’analyse a été écrit pour le numéro 5 de la revue Visions solidaires pour demain, disponible en librairie.

article publié sur le site usbeketrica  le 12 07 2021

Lundi 16 mars 2020. C’est l’heure du confinement. Les cantines scolaires de Marseille, principal débouché du pain fabriqué par la coopérative d’intérêt collectif Bou’Sol, ferment leur porte. Les salariés en insertion continuent pourtant de faire tourner l’atelier : ils permettent à 13 000 personnes en grande précarité de recevoir chaque jour le pain frais qu’ils produisent. « On a fait en sorte que tous les salariés en insertion puissent participer à cette opération de solidarité. C’était important et valorisant pour eux, ils étaient fiers de pouvoir aider des personnes qui sont comme eux dans la précarité, voire dans le dénuement le plus total », se souvient Salah Tir, encadrant technique.

Cette initiative a débuté comme une association caritative voici plus de vingt ans sous le nom de « Pain et Partage », avant de développer dans les quartiers Nord de Marseille de salutaires chantiers d’insertion et de prendre une forme coopérative. Réfugiés primo-arrivants, sortant de détention ou en rupture de parcours professionnel, les salariés en insertion de Bou’Sol apprennent à faire ensemble, qui plus est du pain de qualité, bio et local, afin de reprendre en main leur avenir… À bien des égards, la démarche de Bou’Sol résume les nouveaux enjeux d’une solidarité qui se reconfigure : nativement inclusive, holistique dans son accompagnement, partant des aidés qui en deviennent des aidants au cœur du territoire.

Boulangerie solidaire et structure d’insertion née dans les années 1990 dans les quartiers Nord de Marseille sous la forme de l’association « Pain et Partage », la coopérative Bou’Sol accueille aujourd’hui, dans ses ateliers de fabrication de pain, des personnes très éloignées de l’emploi, sortant de détention, ou migrantes. Voir notre reportage photo. © Élizabeth Schneider

L’inclusion : une affaire de territoire

Docteur en psychologie et anthropologue de la santé, Serena Tallarico travaille depuis deux ans avec la coopérative européenne Jungi Mundu, à Camini en Calabre, sur un projet d’accueil de réfugiés. « D’embléedit-elle, nous mettons les personnes qui arrivent dans une dynamique de relations de proximité avec le village. Cela passe par des détails, comme d’apprendre à dire systématiquement “Buongiorno” dans la rue. Tout est conçu pour faciliter les rencontres au quotidien, et faire oublier l’étiquette de “migrant”…  »

Camini n’a d’ailleurs pas de « centre d’accueil » au sens classique du terme. Les réfugiés vivent dans des maisons dispersées, au milieu des autres habitants. Les populations se côtoient sans distinction au bar restaurant de Jungi Mundu ou en allant déposer leurs enfants à l’école. Ils se découvrent dans le cadre des récoltes d’olives ou de la remise à neuf des maisons abandonnées, dans les ateliers de tissage, de poterie, de menuiserie, de lutherie, etc. C’est parce qu’ils sont tous inclus au cœur d’un même village auparavant déserté, en se donnant du travail ou de simples coups de main, que les différences entre les uns et les autres deviennent une richesse plutôt qu’un obstacle.


À gauche sur la photo, Serena Tallarico, docteur en psychologie et anthropologue de la santé qui travaille avec la coopérative européenne Jungi Mundu. Elle est ici avec un enfant et une jeune fille de familles de migrants, parfaitement intégrés dans le village de Camini en Calabre. © David Tardé

Au fil des années, même les Calabrais qui étaient les plus rétifs comprennent l’intérêt de cet accueil. Comme le souligne le maire de Camini, tous vivent désormais, ensemble, au sein d’une même communauté de « bénéficiaires » de Jungi Mundu. Et ce qui est vrai de cette expérimentation avec des réfugiés l’est autant d’autres initiatives, de Bou’Sol à Marseille à des ESAT tel celui de l’association L’Essor à Mézin : une initiative solidaire tient d’autant mieux qu’elle construit l’inclusion de ses « destinataires » sur le temps long, par la participation de toutes les parties prenantes, à l’échelle du territoire économique et social qui en est le creuset.

Aller vers les « invisibles »

Avant d’estomper la frontière entre aidés et aidants, encore faut-il, en amont du lent travail d’inclusion au cœur des communautés, repérer ceux devant être accompagnés. La première et difficile mission de Territoires zéro chômeurs de longue durée est ainsi de « reconnaître et d’aller chercher les personnes durablement privées d’emploi, surtout lorsqu’elles sont ignorées, introuvables dans les fichiers de Pôle emploi ou du RSA », explique Laurent Grandguillaume, président bénévole de l’expérimentation, en cours dans de dix quartiers, communes ou zones rurales.

L’« aller-vers » n’est pas une posture nouvelle. Dans un article de la Revue française des affaires sociale, Baillergeau et Hans Grymonprez remontent à ses sources au tournant des XIXe et XXe siècles. Il s’appuyait déjà chez certains de ses praticiens sur une reconnaissance « aux publics visés des savoirs propres, liés à leur expérience de vie, et un rôle dans l’analyse de leurs besoins, puis dans l’élaboration de stratégies pour y remédier. »

C’est dans cet héritage qu’il faudrait situer des projets d’éducation populaire tels que ceux de l’association Le Rocher Oasis des Cités, depuis Bondy en 2001 jusqu’à Lyon, Grenoble, Marseille ou Nîmes, ou d’initiatives de travail social aux Pays-Bas, en Flandre ou au Québec, aujourd’hui soutenues comme le montrent les deux chercheurs par des collectivités locales.

Mais cette démarche s’étend aujourd’hui bien au-delà de l’aide sociale classique, avec des façons souvent très pragmatiques, voire ponctuelles ou éphémères, d’aller vers ces « invisibles » qui ne demandent pas d’eux-mêmes un soutien. Pour preuve la multiplication des projets de véhicules « solidaires », du camion Roul’Contact qui parcourt des villages de l’Hérault pour rompre leur isolement au Parentibus dont les écoutantes se posent sur des marchés de Normandie pour échanger avec les badauds sur leurs soucis de famille, en passant par le MigrantBus, le Foodtruck solidaire ou le Bus connecté accueillant pour des personnes très âgées de territoires ruraux, tous trois lauréats 2020 du Prix Fondation Cognacq-Jay.

Même déplacement du curseur par le collectif Pour eux, qui a rassemblé pendant la crise sanitaire des habitants préparant des repas ainsi que des « cyclistes » s’improvisant « livreurs » pour aider, rencontrer et rendre visibles les « sans-abri ». Avec un détail qui, là encore, fait sens pour motiver les bénévoles : comme la plupart de ces initiatives qui s’affirment « citoyennes », l’association Pour eux a décidé de ne demander aucune subvention, publique ou même privée, et de ne financer ses actions que grâce au crowdfunding.

 

Pendant le premier confinement du printemps 2020, un cycliste, bénévole de l’association Pour eux, délivre un repas aux “invisibles” que ceux qui sont sans-abri : « Pour eux : le repas comme prétexte pour rendre visibles les sans-abri ». © Jean Baptiste Catté

Faire « avec » les personnes 

Faire « avec » les personnes plutôt qu’à leur place concrétise et popularise des pratiques hétérodoxes du siècle dernier, de la psychothérapie aux méthodes d’empowerment des années 1960. Les expérimentations de Territoires zéro chômeur de longue durée s’engagent ainsi par un travail d’écoute des ex chômeurs, qui définissent eux-mêmes – avec un comité local réunissant toutes les parties prenantes du territoire – ce que seront leurs activités au sein de leur « entreprise à but d’emploi », sans dispositif préétabli et emplois figés auxquels adapter les personnes.

À Prémery, dans la Nièvre, un ancien bûcheron qui vivait seul dans la forêt, sans aucune aide, a proposé et construit l’une des trois activités cœur de l’entreprise sociale : un atelier de motoculture, garage où réparer et trouver des pièces pour les tondeuses et autres tronçonneuses. D’autres ont préféré s’investir au sein d’une ressourcerie, dans un immense hangar à l’abandon, auparavant site industriel spécialisé dans le charbon de bois et la chimie de feu la société Lambiotte. Il en est ainsi d’un ancien ébéniste, remettant à neuf les meubles déposés, ou d’une spécialiste de l’époque médiévale qui voulait désormais s’investir dans le maraîchage, mais qui, suite à un accident de voiture, a décidé de rejoindre une autre femme pour s’occuper des trésors de livres anciens des habitants. Chacun, au départ de cette expérimentation de Territoires zéro chômeur de longue durée de Prémery, a créé son activité en fonction de ses désirs ou possibilités, ainsi que des besoins de la population. Mais ce « faire avec », en amont, n’est pas aisé à tenir dans la durée. Ceux arrivés après 2017 ont plus de difficulté à initier eux-mêmes un « nouveau métier ». Puis des tensions se créent entre les nécessités de l’encadrement de l’entreprise et le désir de liberté, d’égalité des salariés quant aux décisions concernant « leurs » activités.

Grégory (à gauche de la photo), ancien chômeur de longue durée et désormais salarié de l’« entreprise à but d’emploi » de Prémery dans la Nièvre. Voire notre reportage : « Des chômeurs font revivre un territoire de la Nièvre ». © Sylvie Legoupi

Comme le dit Naïma Latamna, responsable de la formation et de l’accompagnement socio-professionnel des travailleurs de l’atelier de boulangerie de Bou’Sol, se sentant démunie face à ceux qui n’acceptent des chantiers d’insertion que pour maintenir leurs aides sociales, « faire avec, c’est aussi et surtout faire avec nos limites et les limites de notre action ».

Le « faire avec » n’en représente pas moins un renversement de perspective, impliquant pour les travailleurs sociaux de s’adapter aux publics qu’ils accompagnent.

C’est ainsi que l’Institut médico-éducatif (IME) de la Fondation Cognacq-Jay à Paris a mis en place des protocoles avec les jeunes en situation d’autisme qu’il accueille, s’appuyant sur leurs ressources et centres d’intérêts, ainsi que sur leur plaisir d’apprendre et de se sentir utiles. L’objectif : les accompagner vers une autonomisation puis une professionnalisation, pour envisager une inclusion future dans un milieu ordinaire, sans certitude sur leurs capacités d’évolution, mais en leur faisant confiance. Une des clés de ce système d’accompagnement inédit est le partenariat étroit avec les familles, qui connaissent particulièrement bien les jeunes, ainsi que le travail sur le long terme d’une équipe formée, avec l’envie de chercher des réponses avec ces adolescents jusqu’ici sans perspective.

Cultiver la pair-aidance

Développée dans le monde de la santé via l’éducation thérapeutique, la « pair-aidance » est loin, elle aussi, d’évacuer l’importance du suivi des patients ou personnes en situation de fragilité. Sauf que cet encadrement se joue différemment, sans hiérarchie ostentatoire.

Au Lieu de répit, « habitat temporaire participatif » pensé par et pour des personnes sans domicile touchées par des troubles psychiques à Marseille, Sandra Rodriguez est bénévole et « travailleuse pair ». « Je suis une personne rétablie et même sevrée, je ne vais plus voir mon psychiatre, dit-elle. Mais je me sers de mon vécu, de mon expérience, pour soutenir les habitants du Lieu de répit dans leur stratégie de rétablissement. » Un éducateur, un infirmier et des psychologues complètent l’équipe. Leurs rôles ne sont pas ouvertement différenciés : l’un comme l’autre peuvent accompagner les habitants à leurs rendez-vous, les aident dans les démarches administratives, les apaisent lors d’un moment de crise…


Accompagnés par des « pairs », ayant vécu auparavant le même type de soucis qu’eux, deux résidents du Lieu de Répit à Marseille, photographiés lors de notre reportage de 2019 : « Lieu de répit : le soin de pair à pair ». © Sylvie Legoupi

La « pair-aidance » suppose bien souvent une formation de « médiateur », en particulier dans la santé, mais c’est aussi et surtout un état d’esprit, une manière de faire et de voir les autres par le filtre de leurs capacités plus que de leurs incapacités. «  Lorsque l’on repère des compétences, par exemple en informatique chez des salariés en insertion, explique ainsi Naïma Latamna de Bou’Sol, je leur propose d’animer des sessions d’initiation pour les autres salariés. Apprendre aux autres est une façon de reconnaître et de valoriser leurs savoirs, mais c’est aussi un moyen de renforcer l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes ».

Et lorsque dans des lycées sont valorisés des savoir-faire insoupçonnés de certains élèves en difficulté, sur les outils numériques, c’est bel et bien ce même processus de « pair-aidance » qui est à l’œuvre, ressource découverte presque par hasard à l’occasion du confinement de mars 2020…

Créer des écosystèmes d’innovation sociale

Thérèse Lebrun, présidente-rectrice déléguée santé-social de l’Université de l’Institut catholique de Lille, souligne l’importance de construire des « écosystèmes d’innovation sociale ». C’est le défi du quartier Humanicité, sorti de terre il y a une dizaine d’années. Son living lab, « Les Ateliers Humanicité », constitue un espace de mixité sociale entre habitants et professionnels, étudiants et membres d’associations d’accompagnement de personnes en grande fragilité. Ses enjeux ? Monter des équipes multi-compétences, là pour un livre d’accueil ou un soutien aux personnes précarisées par la crise sanitaire, ici pour un jardin partagé ou un compost collectif. Bref, le « faire » au pluriel du quartier, aujourd’hui, mais aussi demain grâce aux recherches menées ici par l’université, sur les aidants par exemple.

Ce type d’écosystème se construit souvent sur le terrain, de proche en proche, à partir d’une activité dont l’essence « écosolidaire » marie les lieux, les expertises et les secteurs de métier auparavant séparés. Il en est ainsi des Détritivores, service de sensibilisation, de collecte et de compostage des déchets organiques : des restaurants en amont du recyclage aux jardins qui profitent du compost a posteriori en passant par les personnes en situation de handicap ou précaires qui y retrouvent un emploi, ici à Bordeaux, la mise en valeur des rebuts relie dans un cercle vertueux tout un écosystème de pratiques écologiques et solidaires. De telles connexions, tissant des relations plus horizontales que verticales, sont le terreau de pratiques pas neuves en tant que telles, prises une à une, mais inédites par leur ampleur et la façon dont elles suscitent de nouvelles considérations et d’autres façons de faire collectivement. Il s’agit bel et bien d’un mouvement de fond, intégrant plus que jamais des acteurs de terrain et une nouvelle génération de bénévoles, comme le dit Giorgia Ceriani Sebregondi dans son entretien avec Usbek & Rica. C’est ainsi, avec ou sans virus, et parfois dans la douleur, que « panse » le monde de demain.