Rentrée universitaire : pourquoi 8 000 étudiants étrangers se retrouvent sans visa

Impossible pour les étudiants étrangers de rejoindre la France, si leur pays d’origine est classé en rouge à cause de la pandémie. Seul moyen pour eux de poser les pieds sur le territoire français : être vaccinés. Mais dans certains pays, les jeunes n’ont pas encore accès au vaccin.
article par Morgan Moal publié sur le site franceinter.fr, le 22 07 2021

Selon Campus France, ils seraient environ 8 000 étudiants à ne pas pouvoir demander leur visa en raison des restrictions sanitaires en France. En effet, de nombreux pays sont classés “rouge” en raison d’une “circulation active du virus et [d’une] présence de variants préoccupants.” Parmi eux, le Brésil, l’Inde, la Russie ou encore la Tunisie. Pour tous les étudiants originaires de ces pays, le seul moyen d’obtenir un visa est d’être totalement vacciné.

Le gouvernement a publié une carte classant les pays selon leur situation sanitaire.

Vaccin impossible

Or dans certains de ces pays, la vaccination est compliquée voire impossible pour les jeunes“Le Brésil n’a pas de vaccin, donc pour l’instant seul les plus de 30 ans y ont accès”, explique Eduardo, étudiant de 24 ans. Il doit venir en France en octobre pour faire sa thèse. Il lui reste donc encore un peu de temps pour se vacciner ou pour que les restrictions sanitaires changent. Mais ce n’est pas le cas de Laura Luiz, étudiante brésilienne. Sa rentrée est en septembre : “C’est mon rêve d’étudier en France. Depuis trois ans, j’ai tout fait pour avoir le meilleur CV pour les écoles françaises. Mais maintenant que je suis acceptée, je ne peux pas y aller”, désespère-t-elle.

lire aussi: Le casse-tête des Français de l’étranger pour obtenir le pass sanitaire

Les pays classés en “rouge” ont ainsi des taux de vaccination faible. L’Inde ne compte que 6% de personnes totalement vaccinées, la Tunisie 7%. En comparaison, la France dépasse les 40%. De plus, pour que leur passeport sanitaire soit pris en compte par les autorités françaises, les voyageurs doivent avoir reçu un vaccin homologué par l’Union européenne. Ce n’est pas le cas de ceux produits par la Russie ou la Chine, qui sont distribués dans des pays d’Amérique du Sud ou d’Afrique.

Face à ces restrictions, plusieurs centaines d’étudiants et chercheurs étrangers se sont réunis sous le mouvement “Étudier est impérieux”. Des comptes Twitter représentant plusieurs pays “rouge” ont ainsi été créés pour tenter d’interpeller le ministère des Affaires étrangères et celui de l’Enseignement supérieur. Ils réclament que les études soient considérées comme motif impérieux, ce qui leur permettrait d’obtenir leur visa malgré les restrictions sanitaires.

https://twitter.com/etudiantsBR/status/1416455811920969742

Ce mouvement est soutenu par Joëlle Garriaud-Maylam. La sénatrice des Français de l’étranger dialogue avec le gouvernement pour plaider la cause des étudiants : “Si ces étudiants acceptent d’être vaccinés en France, de réaliser une période d’isolement à leur arrivée, il n’y a aucune raison pour qu’on leur interdise l’accès au territoire français.” Et le temps presse, certains étudiants doivent faire leur rentrée fin août.